RP LIBRES
TOUS LES RPS LIBRES!

Voilà comment je vois les choses. (Louis)
OMG ! Encore toi ! || ft. Demrost
RSS
RSS



 
Bienvenue aux nouveaux membres sur Rainbow Community !
Vous trouverez l'annonce d'ouverture ici
Ainsi que le recensement pour les anciens membres ici !

Partagez | 
         

 OMG ! Encore toi ! || ft. Demrost

avatar
Invité
Invité



MessageSujet: OMG ! Encore toi ! || ft. Demrost   Ven 4 Jan - 13:15




OMG ! Encore toi !
Ft. Demrost.F.Lindley
Et voilà, encore un jour de passé, encore un de moins à bosser. Aujourd'hui il n'y avait pas grand chose à faire et Orlane avait décidé de ne rien faire. Le matin, Liv était partit travailler et bien entendu, la brunette n'avait pas broncher quand celle-ci l'avait réveillé pour l'embrasser avant son départ. Il arrivait parfois que les deux jeunes femmes ne se voient pas de la journée, leurs emplois du temps étant bien différents. Depuis que les deux jeunes femmes vivaient ensemble, la grande brune n'avait plus à souffrir de la solitude, ni des regards de ses parents sur elle, comme si elle était une paria. Et ça, Orlane en remerciait le ciel chaque jour ! Voilà bientôt dix ans qu'elles sont ensemble, quatre qu'elles vivent sous le même toit. Les parents de Liv ont beaucoup aidé pour l'emménagement et la caution, eux acceptaient le fait que leur fille soit lesbienne. Un point qui rapprochait Orlane de sa belle-famille. Chez les Marković , les seuls sur qui la jeune femme puisse compter étaient ses cousins.

D'ailleurs, ce matin la belle appela Sanyel afin d'avoir de ses nouvelles et si possible, le voir en fin de journée. Il n'y avait pas grand chose à faire à la maison et même les séries qui passaient à la télévision ne l'intéressait que peu. Désireuse de ne pas perdre l'anglais appris au lycée, Orlane regardait souvent des séries Américaines en VO, mais elle avait vu tout ses DVD. C'est alors qu'une idée lui vint. Pourquoi pas un petit tour au centre commercial histoire de voir les nouveautés ? Ça lui permettrait de faire quelques courses en tout genre. « Shopping ! » lança-t-elle en se préparant, toujours ravie à l'idée de sortir. Le ménage de fond attendrait qu'elle soit rentré ! 'Lane attrapa un jean slim, enfila un haut légèrement décolleté, une veste par-dessus pour ne pas avoir trop froid, puis elle prit son écharpe et son manteau. Il faisait quand même assez froid en ce moment, il valait mieux ne pas attraper la mort ! Chaussures aux pieds et maquillage apposé à la perfection, elle était prête à sortir. La brune adorait se faire belle pour sortir même quand elle n'allait que faire des courses. Des fois qu'on y croise des gens intéressant ! Non pas qu'elle irait draguer qui que ce soit, elle aimait trop sa copine pour ça, mais jouer de ses charmes était un passe-temps pour qui veut se laisser prendre au jeu.

Miss Marković se décida à prendre sa voiture pour se rendre dans le quartier de Stenjevec où se trouver un magnifique centre commercial, très grand et bien remplit de pleins de tentations pour elle. Fringues, multimédia, jeux, produits de beauté, tout était prétexte à dépenser sa paie. Il fallait parfois la retenir car quand elle flashait sur un vêtement, il lui fallait absolument l'acheter ! Mais pour l'instant la belle flânait du côté des affaires estivales. Le Centre avait toujours des affaires de piscine car on avait la chance de posséder une piscine gigantesque et couverte qui accueillait du monde en permanence. Sans parler de l'équipe de natation qui nageait par vent, neige ou grêle ! Ils avaient l'air fort et une compétition approchait. Orlane le savait car quelques élèves du lycée où elle bossait lui en avait parlé. Leurs frères de l'université participant. Un jour, elle irait voir ce que ça donne, ce serait amusant comme sortie. Tournant dans le rayon afin de voir ce qu'il y avait de beau, son chariot faillit heurter quelqu'un. C'est ça de ne jamais regarder devant soi !... « Désolée ! » commença-t-elle en relevant un visage grimaçant sur la personne qui était planté au milieu du rayon. Lorsqu'elle vit le jeune homme face à elle, un sourire étrange se dessina sur son visage. Orlane se rappelait avoir déjà vu cet homme peu de temps auparavant. C'était devant le lycée, il lui avait fait la morale d'une façon bien drôle. Elle en avait d'ailleurs parlé à sa petite-amie en rentrant et en avaient rit toutes les deux. Réprimant un rire, la belle ne put que lâcher un « Toi ici ! Ça alors ! » de surprise.
© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: OMG ! Encore toi ! || ft. Demrost   Ven 4 Jan - 19:46




OMG ! Encore toi !
Ft. Orlane Markovic
Désolée ! Faites un peu attention…Orlane ? Toi ici, ça alors !
Je ne crois pas en tous ces trucs sur la destinée, mais tomber nez à nez avec celle-là pourrait faire penser le contraire à n’importe qui. Comment l’ai-je rencontrée? En voilà une question, pourquoi je pense à ça moi ? Pourquoi je me sens toujours obligé de me jouer un film dans ma tête? Et puis tant qu’à y penser, autant aller jusqu’au bout.
Je crois que Zagreb à le mérite de m’avoir fait courir plus que n’importe quel autre lieu. Il faut dire que maintenant que je ne suis plus sous la couverture de mes parents je dois me débrouiller pour survivre de moi-même. Bien que je reçoive des vivres ( enfin de l’argent quoi, parce que c’est moi qui cuisine maintenant ! ) de la part de mes parents, je réalise maintenant qu’il va bientôt me falloir déployer mes nageoires, et quitter la rivière pour le grand large. Donc trouver un travail, poursuivre mes études et surtout, apprendre à me débrouiller sans avoir à compter sur l’assistance de quelqu’un…
J’ai entrepris il y a peu de temps de m’inscrire à l’université à Zagreb. Pourquoi je ne l’ai pas fait dès mon arrivée, et bien parce que à mon arrivée, je me suis perdu après 200 m de marche et que, en tant qu’habitant de Stenjevec, me rendre à Podsljeme quasiment tous les jours me paraissait mission impossible. Mais ayant pris mes marques j’avais fini par me décider à tenter l’aventure.
Levé à 5h00 du mat’, un bon petit-déjeuner, une douche interminable et j’étais psychologiquement prêt.
Il fallait quand même que j’inaugure ce moment avec quelque chose de spécial. J’ai donc décidé de mettre mes habits des grandes occasions, rien de particulièrement chic, juste des vêtements sur lesquels j’avais complètement flashé : un juste-au-corps à manches courtes dont les rayures horizontales arboraient le spectre lumineux de la lumière blanche ( Tu peux pas dire des rayures arc-en-ciel comme les gens normaux ! Non quand même pas, à mon humble avis, ma formulation est de loin plus classe ), un slim noir, une veste blanche que je ne boutonnais jamais et mes éternelles chaussures en cuir, ma seule excuse pour porter ces mis-bas rouges que je trouvais si confortables ! Armé et paré à 7h tapantes!
Prenant mon courage à deux mains je réussis à attraper un bus pour le quartier d’affaire, un bus qui m’y emmenait pour de bon. Je pris quand même la précaution , une fois arrivé de demander au chauffeur la route pour aller vers l’université, qui m’expliqua clairement en riant de bon cœur, soit c’était drôle de voir un habitant qui se comporte comme un touriste, soit ici aussi, mon petit accent anglais ( tout tout tout petit hein ) faisait des ravages.
Direction l’endroit préféré des enfants, l’école! De toute façon moi je ne suis plus un enfant, et mes études je les ai bien choisies, je crois que je les rangerait en ordre de priorité n°2, derrière la natation dans mes activités favorites, enfin ça, c’était avant de plonger le nez dans la paperasse qui allait avec sans ma mère. Les administratifs m’ont accueilli avec le plus magnifique de leurs sourire jaune, voyant que je n’était pas accompagné et me tendirent ce qui semblait être un mètre de haut en papier d’inscriptions. Nom ,prénom, date de naissance, ils demandaient tous la même chose ou quoi ? Satané bureau d’inscription, j’y suis entré à 8h30 j’en suis sorti pour déjeuner et j’y retournais encore. Les formalités d’inscription me tinrent prisonnier jusqu’à 16h et des poussières, et c’est lessivé, mais au pas de course que je rentrais chez moi, toujours admiratif devant ma nouvelle ville, son lycée, ses passants qui allument leur cigarette à la sortie du lycée…WHAT !
Je ne pouvais pas m’en empêcher il fallait que je le fasse, que je ralentisse, et que j’ouvre ma grande bouche Il y en a qui ne se gênent pas dites-moi ! Dire qu’on est devant un établissement scolaire, rien ne va plus de nos jours, quel exemple pour les jeunes !
Aucune réaction particulière si ce n’est que quelques paroles dédaigneuses. Mais le pire était à venir, et je peux garantir que je ne regretterai jamais les paroles que je prononçai ce jour-là, furent-elles le plus long monologue et la plus grande collection d’élucubrations que les 7 mers n’aient jamais portées. J’avais amusé mon vis-à-vis.
La dénommée Orlane s’était révélée ( bien qu’étant une fumeuse indécrottable ) une personne fort sympathique, et ( à la condition qu’elle lâche sa cigarette bien sûr ) elle accepta ( oui parce que j’ai osé demander un service ET poser des conditions ) de me raccompagner vers la station de bus et de partager un banquette avec moi pendant le voyage ( elle allait pas fumer dans le bus de toute façon, si ? ).
Et là je la revoyais, au rayon consacré à tout ce qui étais relatif à la piscine.
Elle paraissait réellement surprise, il faut que je trouve un moyen de faire passer ma réaction plutôt…belliqueuse, il faut que je la fasse rire, il fallait que j’essaie de prendre la voix d’un Crooner de cartoon mal fichu pour lui répondre :
Je suis un nageur, et un bon nageur ! Ai-je omis ce détail lors de notre première rencontre? Malheureusement, j’ai aussi omis maillot-bonnet-lunettes, il faut donc que je me réapprovisionne !

901 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: OMG ! Encore toi ! || ft. Demrost   Mar 8 Jan - 19:48




OMG ! Encore toi !
Ft. Demrost.F.Lindley
Il y avait des choses bien étranges dans ce monde... Comme voir la foudre tombée deux fois au même endroit, que ton voisin qui joue une fois dans sa vie au lotto gagne alors que toi tu joue tous les jours, rencontré Demrost une seconde fois alors que tu ne le connais pas et qu'il y a des milliers de gens dans cette ville, les moisissures dans le yaourt qui les conservent... On pouvait parler de coïncidence pour ce qui est de Demrost et de la foudre, mais tout de même, c'était une étrangeté de plus que l'on ne comprenait pas. Pourquoi les gens qui n'ont pas spécialement de liens entre eux parviennent à se retrouver dans la même pièce, alors que lorsque l'on cherche une personne à la gare, on met des heures avant de la trouver à l'endroit prévu ? Pleins de petites choses comme ça qui, en s'accumulant, se trouvent former une part importante de notre vie. Orlane ne croyait que peu aux coïncidences, mais pas vraiment au destin non plus. Pour croire au destin, il faut croire en un esprit supérieur qui nous fait avancer dans la vie, et ça, la jeune femme refusait d'y croire. Elle était maître de sa vie et n'avait pas l'intention de se faire dicter sa conduite par qui que ce soit. Même ses parents n'avaient pas réussit à lui retourner le cerveau. Dieu existe pour les êtres influençables, les pauvres sont manipulés pour suivre des chemins que personne ne suivrait autrement.

Si l'on se rappelle de ce qui à provoqué la rencontre entre la jeune surveillante de lycée et cet homme grand et mince, on se rend compte qu'ils auraient pu ne jamais se connaître. Demrost aurait très bien pu passer devant elle sans faire attention à elle. Après tout, elle n'avait pas fait attention à lui en premier lieu. Elle aurait pu sortir plus tôt ou plus tard, ou ne pas allumer sa cigarette devant le lycée. Allez savoir ! Mais il se trouva qu'à cet instant précis où la brune sortait du lycée et allumait cette clope, le grand type marchait sur le trottoir. Et l'aborda en se plaignant de la fumée de cigarette. Orlane n'est as du genre à prendre mal ce genre de réflexion, sa petite-amie lui en fait tous les jours. Mais venant d'un gamin comme lui, ça la choqua un peu. La moitié des élèves du lycée fumait et nul ne protestait jamais. Les professeurs ou les jeunes en soirée fumaient aussi. Mai apparemment, Demrost était étranger à cet univers là, le fuyait même.
En prenant le même chemin ce jour là les deux parlèrent. Orlane n'apprit pas grand chose hormis son nom, tant elle le charriait sur le fait de s'être perdu. Alors forcément, sa présence au rayon piscine paraissait bizarre. S'étonnant de l'avoir bousculé lui, la belle sourit à moitié en lui lançant – ce qui n'est pas très poli – un drôle de « toi ici ! » comme s'il n'avait pas sa place ici. Cette jeune femme n'a aucun tact, oui. Et encore, elle est sobre là !

Demrost prit une drôle de voix pour lui répondre, on aurait dit qu'il jouait un rôle. Plissant les yeux au son de sa voix, la surveillante ne put se retenir du sourire. « Tu les as perdu aussi ? » lança-t-elle en riant. Nageur... C'était un très bon sport, qui permettait de s'entretenir. Orlane ne se rendait à la piscine que pour se détendre, nager pour la forme mais surtout pour s'amuser comme une gosse dans une baignoire géante. L'eau donne plus de liberté, autant les prendre. « C'est super comme boulot. Bien plus distrayant que de surveiller des ados toute la journée. Tu es là pour les compétitions inter-lycées ou... ? » demanda-t-elle afin d'en savoir plus. Elle savait qu'il y avait ce genre d’événement mais pourquoi l'aurait-elle rencontré seulement maintenant s'il s'agissait d'une compétition du lycée. La ville organisait ce genre de chose de chose inter-pays. Demrost semblait croate, on ne sentait pas d'accent dans sa voix, alors peut-être qu'il faisait partie de ces gens que le « destin » posait sur votre route quand ils vous sont utiles et qu'autrement, vous n'avez pas lieu de rencontrer. On le saurait bientôt, mais pour ne pas connaître le quartier, on se demandait d'où il pouvait bien venir...
© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: OMG ! Encore toi ! || ft. Demrost   Mer 9 Jan - 19:02




OMG ! Encore toi !
Ft. Orlane Markovic
Je lui ai déjà parlé, mais je sens toujours une immense gêne lorsque j‘essaie de lui parler. Elle ne va pas me manger, je m‘en rends bien compte, mais c‘est comme ça? Je sais qu‘elle à un peu plus de la vingtaine, qu‘elle travaille dans le lycée, je sais qu‘elle est un fêtarde finie, je sais qu‘elle fume ( NON ! Ça ne m‘obsède absolument pas, mais en tant que sportif je trouve ce genre de moyens de détente très peu appropriés ), je sais qu‘elle est une personne fort sympathique, qu‘elle n‘a rien de menaçant, mais pourtant je n‘y peux rien.
Je peux affirmer qu‘après la conversation qu‘on a eu durant notre trajet en bus j‘ai appris à la connaître, du moins assez pour qu‘on puisse échanger deux mots quand on se croise, mais il manquait quelque chose dans cette relation, il y avait comme un trou. En fait, elle ne savait strictement rien de moi. Et ça ne la gênait pas le moins du monde ! Quelle phénomène quand même celle là. On est au rayon piscine, elle m‘a posé une question sur mon sport, faut que j‘en profite pour aller plus loin et rétablir la balance. Je repris donc un ton normal et embrayai.
Et bien, l‘inter lycée… non non, je suis quand même un peu plus vieux que ça. Je vais sur ma vingt-deuxième année, et j‘en suis quand même à ma cinquième année d'océanologie.
J‘espère ne pas avoir été trop brusque, puis bon quand même, je sais qu‘il y a des lycéens très grand, mais un grand dadais de près d‘un mètre quatre vingt huit devrait quand même avoir l‘air de quelqu‘un qui a fini sa croissance, puis j‘ai pas non plus une tête de jouvenceau !
En fait je suis là pour un championnat international en tant que représentant des Etats-Unis. Je suis arrivé en Croatie y‘a à peine 1 semaine et je suis encore loin d‘avoir pris mes marques à Zagreb. Puis bon entre les préparations de la compét‘ et la recherche d‘un boulot pour alléger un peu mes parents, surtout quand on a tendance à se perdre tous les deux coins de rue c‘est un peu difficile.
Je parles, mais je ne m‘entends pas, en fait je sais pas si c‘est un rêve ou pas, je m‘écoute même pas, est-ce qu‘elle m‘écoute elle. C‘est un de ces moments, comme devant les profs ou une assemblée quand on a appris un discours par cœur. Ça sort automatiquement et on ne fait plus attention à rien. Je pourrais limite m‘endormir je pense. Enfin je suis limite endormi les yeux ouvert et la bouche en marche, mais bon ça fonctionne et j‘arrive à discuter comme ça. Aucune raison de ne pas le faire !
Puis la natation reste loin d‘être mon boulot. Même si les entraînements mangent beaucoup de temps, ce n‘est pas une activité que je considère comme un travail. J‘aime beaucoup la sensation de légèreté qu‘on à dans l‘eau, on se sent libre, puis en plus, même si j‘essayais de m‘en faire un travail, je pense qu‘au niveau où j‘en suis, je ne gagnerais pas des masses. Puis ton travail à toi doit pas être si ennuyeux que ça si?
Ça, c‘est fait, le ciment est posé,… je me sens comme si on, venait de me retirer un iceberg du cerveau, plus tranquille. Maintenant que j‘y réfléchis par contre, c‘est si peu intéressant d‘être surveillant? Vu tout ce qui se passe dans un lycée, doit y avoir matière à observer et à se bouger, puis le corps éducatif à mes souvenirs semblait toujours plongé dans de passionnantes discussions. Peut-être étaient-ils juste plus à leur place et plus expérimentés qu‘elle. Il faut aussi dire qu‘Orlane est encore jeune, donc bon les délires de quadragénaires…Puis merde, vu comment la conversation est partie, elle me dira bien ce qu‘elle en pense, enfin si elle veux bien en parler. Travailler auprès des jeunes… quand on a le truc, ça doit quand même être un superbe métier, quoique… y‘aura toujours les gêneurs, que des adolescents attardés ou de vieux croutons du personnel. Bon arrêtons-nous là, je parle de l'enseignement comme les gens qui radotent dans les séries télé.
Attendez un peu, j'y pense, elle s'est encore fichue de moi là! J'y peux rien moi si je connais pas Zagreb comme ma poche après à peine une semaine. Puis bon j'avoue que c'est un peu ridicule parfois mais ça arrive à tout le monde un jour où l'autre, qu'elle vienne à Greenville pour qu'on s'amuse!
Ah au fait, non, je n'ai rien perdu depuis mon arrivée, et je ne suis pas resté à tourner en rond plus de 10 minutes depuis la dernière fois. Comme quoi tu vois, je progresse! J'aurais bien voulu tu voir à Greenville, je me serais fait une joie de te conduire dans les dédales de ruelles et de te faire passer dans chaque petit trou de mur!

828 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: OMG ! Encore toi ! || ft. Demrost   Jeu 31 Jan - 13:56




OMG ! Encore toi !
Ft. Demrost.F.Lindley
Orlane n'avait pas envisagé de rencontrer quelqu'un aujourd’hui, elle ne s'attendait certainement pas à voir ce jeune homme. Elle ne l'avait rencontré qu'une seule fois et même si ce fut drôle, la belle s'était dit qu'elle ne le recroiserait pas en face à face ainsi. Et pourtant, le grand brun était là. Il avait un métier en rapport avec l'eau, il était nageur. Quelle coïncidence que de venir dans ce rayon en ce moment précis. En revanche, Demrost n'était pas là pour la compétition inter-lycée. Il était bien plus vieux mais sait-on jamais. Orlane acquiesça tout en l'écoutant, trouvant cela très intéressant. L'océanographie et l'étude de tout ce qui se trouve dans l'eau est quelque chose qui devait être passionnant. « C'est fascinant ! Tu étudies tout ce qui concerne les poissons aussi ? » fit-elle en souriant. C'était un peu réducteur que de penser que cette science ne concernait que les poissons, et la belle savait qu'il s'agissait d'un peu plus que cela. Mais un peu de plaisanterie ne ferait pas de mal !

Le jeune lui confia qu'il était là pour un championnat bien plus important, quelque chose de plus international. Ce que la jeune femme apprit la surprit quelque peu. Demrost venait de lui dire qu'il représentait les États-Unis ! Il n'était donc pas Croate ? C'était un peu étrange et la belle se sentit confuse de ne pas avoir demandé plus de choses sur son compte lors de leur trajet en bus. Qu'est-ce qui avait bien pu lui passer par la tête ce jour là hein ! Demrost cherchait un travail pour occuper son temps et gagner de l'argent. Il venait de loin et il était normal qu'il se perde. Et dire que la surveillante le pensait juste un peu tête en l'air, perdu dans les nuages à se perdre. En réalité, il n'était pas d'ici, n'y avait jamais vécu et n'avait qu'une semaine d'expérience dans le domaine Croate. « Oh ! Je ne savais pas ! Tu es Américain alors ? Ton accent est carrément parfait ! Tu m'as bien eue sur ce coup là ! Haha ! » dit-elle en se grattant l'arrière du crâne, signe de confusion de sa part.
Beaucoup d'habitants de Zagreb n'étaient pas Croate, beaucoup venaient de plus loin pour des motifs divers. Que ce soit comme Demrost pour des compétitions sportives ou bien le fait de fuir sa famille, de changer d'air, de découvrir un autre pays, tous les motifs étaient bon pour venir voir ce beau pays. Orlane n'était jamais aller bien plus loin que la Slovénie, elle n'avait jamais eu l'occasion de visiter l'Europe et encore moins les States ! Pourtant, elle rêverait de fouler le sol Américain et de découvrir d'autres cultures, voir des célébrités tel Johnny Depp ou Leonardo DiCaprio ou encore Jodie Foster ! Ce serait le pied de pouvoir partir à la rencontre d'un autre monde. Mais Orlane hésitait. Premièrement, elle ne partirait nul part sans sa petite-amie. Elle ne pouvait vivre sans elle, pas même une journée. Bien qu'elles arrivent parfois à se disputer pour des broutilles, leur couple était solide et leur amour toujours aussi fort qu'au premier jour. Ce coup de foudre pour la jolie Olivia ne lui était jamais passé. Elle qui n'avait jamais vraiment eu la chance de rencontrer quelqu'un qui lui fasse cet effet de manque. Aujourd'hui elle croyait sa sœur qui lui avait promit, bien des années auparavant, qu'elle connaîtrait le grand amour, quelque soit la forme que celui-ci prendrait. Son homosexualité n'avait pas été facile à assumer pour sa famille. Sans parler que son cousin préféré lui aussi l'était. Ils se comprenaient encore us et se soutenait, mais leur famille n'en était pas à ce stade là et ils vivaient aujourd'hui chacun de leur côté, sans famille.

Pour en revenir au jeune Demrost et sa bonne humeur, Le jeune homme en raconta un peu plus sur lui. Ce fut appréciable et apprécié par la demoiselle qui rattrapait le temps perdu. Pourquoi n'avait-elle pas poser une tonne de questions dès la première rencontre ? Elle pourtant si curieuse de tout !? Elle devait être malade ce jour là, à coup sûr ! Lui ne considérait pas la natation comme un métier, elle non plus ça tombe bien ! C'était un loisir, une passion de l'eau, mais certainement pas un job. Ce serait le pied autrement ! Pour Orlane, ce serait les journées canapé avec sa chérie, clope café et sexe qui serait un bon boulot ! Mais dans la réalité, on devait gagner de l'argent autrement qu'en restant chez soit ! C'est pour ça qu'elle avait allié son envie d'argent avec son désir d'aider les jeunes et bossait en tant qu'assistante d'éducation dans le lycée où elle s'était senti si bien, ou elle avait retrouvé tous ses amis. En effet, comme le soulignait Demrost, elle ne s'ennuyait jamais dans son travail, elle n'avait pas le temps. Ça la fit sourire quand elle pensa à ses journées. Elle avait pas mal à faire, tant en paperasserie qu'en éducation. La jeune femme discutait beaucoup avec les élèves, elle avait quelques protégés qu'elle aimait beaucoup. En permanence elle se souciait du bien être de tous, elle est comme ça 'Lane, toujours sur tous les fronts pour aider au mieux. Elle répondit donc. « Ouais, j'ai pas mal à faire avec les jeunes ! Mais je pense que quand on aime ce qu'on fait, ça ne ressemble pas à une corvée. Et j'en vois des sévères des fois ! Mais j'aime ça. »

Il n'est pas facile de trouver sa voix dans ce monde, et pour quelqu'un qui était bien loin de chez lui, ce devait être encore plus compliqué. Déjà, Demrost se débrouillait très bien en Croate, il n'avait pas la barrière de la langue pour l'empêcher de trouver un job, ce qu'Orlane aurait été incapable de faire en dehors de son pays. Elle parlait anglais mais avait quand même oublier quelques trucs, et si aucun de ses élèves ne venaient la voir pour lui remémorer ses acquits il était certain qu'elle aurait tout perdu. Le jeune nageur avait beaucoup de chance de ne pas se sentir perdu. Enfin... Il se paumait un peu trop souvent apparemment, comme la première fois où ils s'étaient vu devant le lycée, lui cherchant son chemin, elle rentrant chez elle. Orlane avait d'ailleurs raconté ce qu'elle avait vécu à sa petite-amie en rentrant, ayant trouvé très divertissante cette âme perdue. Mais perdu, aujourd'hui il ne l'était pas ! Ce petit malin avait des envie de la faire se perdre elle plutôt, lui proposant une balade dans une ville bien loin de chez elle. « Haha ! Tu serais si surpris que je puisse retrouver mon chemin ? J'ai plus le sens de l'orientation que toi je suis sûre ! Mais je suis quand même fière de toi si tu as pu sortir de chez toi sans te perdre. » ajouta-t-elle en clapant dans ses mains trois fois.
© Belzébuth


HPR:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: OMG ! Encore toi ! || ft. Demrost   Dim 24 Mar - 3:20




OMG ! Encore toi !
Ft. Orlane Markovic
Contact effectué, discussion engagé, sujet trouvé. Votre hôte a l’air enjouée, vous pouvez donc continuer. C’est compliqué ce qui se passe dans un cerveau ne serait-ce que pour dire deux mots.
Ça finit par passer un jour, puis à force de parole. Avec Orlane, là, c’était cool.
Les lumières du magasin étaient fatigantes. Evoluer avec Orlane dans les rayons était semblable à une avancée dans un de ces tunnels d’autoroutes Parisiennes complètement blindés de néons, mais la musique était forte, et ça tenait éveillé. Avoir quelqu’un avec qui parler tenait éveillé aussi.
Orlane me racontait quelques expériences de son travail, je me disais aussi qu’on ne pouvait qu’aimer un tel job. J’ai beau être sorti du lycée il y a quatre ans je me rappelle tout de même comment c’était…l’enfer. Il faut dire qu’on y est très peu à avoir la maturité et le recul nécessaire pour se comporter en individus totalement civilisés, puis les hormones, les changements, c’est dur de s’y retrouver. Je pense avoir été l’un des plus calmes de ma promo et pourtant j’ai quand même eu mes moments. Je me souviens du pauvre personnel éducatif ayant du faire face à mes sautes d’humeurs peu après mes 17 ans. Je me sentais déjà étrange, comme si je ne me comprenais pas moi-même, et du coup je ne contrôlais pas mes émotions, le moindre changement dans l’atmosphère pouvait m’agacer au plus haut point ou au contraire m’amuser. Et je me mettais à rire et à pleurer pour rien, puis ma récente rupture n’arrangeait rien, puis mes tendances non plus… Heureusement que mon père avait pu venir me chercher, à chaque fois. En plus y'avait tout le bordel des langues de ma mère qui me perturbait un peu, mais ça c'était sympa.
Ma mère est originaire d'Europe, donc elle m'a comme qui dirait forcé à apprendre pas mal des langues du vieux pays, et vu qu'elle les parle couramment et qu'elle s'était décidée à me parler chaque jour dans une langue différente j'ai bien du m'y faire! Au moins maintenant je me débrouille bien. Puis après les rencontres que j'ai faites ici je me dis que j'aurais beaucoup aimé être né auprès de vous les Zagrébins, ou les Zagrébiens, ou les Zagrébinois, m'enfin bref à Zagreb quoi.
Je parle peu de mon père, et pourtant bien qu’il n’ait pas été aussi décisif dans ma vie que ma mère, il en a été un pilier.
Mon père était Américain, du coup le pauvre a du tout apprendre à la culture de celle qu’il avait choisi pour épouse, mais il avait l’air d’apprécier, je pense d’ailleurs que c’est ça qui les a rapprochés, ce côté très culture qu’ils partageaient. Mon père devait être la personne la plus gentille qui ait jamais existée sur Terre. J’étais l’un de ces rares ados qui n’ont donc pas de relations conflictuelles avec l’un de leurs parents, et mon père veillait à ce que ça reste le cas. Il m’avait soutenu dans tous mes choix importants et essayait un maximum de ne pas s’insurger de ce que je faisais.
La relation avec Sphyel ne lui avait au départ pas plu, alors la rupture, quand on a dit à son garçon de ne pas s’engager sur un coup de tête, que ça ne mènerait à rien et qu’au final il se retrouve largué par sa première petite amie, soit on jubile, soit on est triste, et lui avait suivi le deuxième schéma. Je crois qu’il avait été le premier à qui Sphyel avait parlé de ses soupçons quant à mon orientation sexuelle, Sphyel semblait en savoir plus sur moi que je n’en savais moi-même, elle semblait toujours savoir plus que tout le monde de toute façon. Je m’étonne moi-même de la réaction qu’il a eu, sachant comment sont considérés les gays dans les petits quartier américains (on ne les considère pas on les tabasse). Qu’est-ce que j’ai été bête de ne pas me rendre compte qu’il savait que j’étais pas clair, entre tous ces « fais comme il te semble juste et bon » et ce soudain intérêt pour la natation synchronisée. Il avait beau faire de son mieux, les clichés, c’est quelque chose, même si j'aimais bien la synchro, mais ça n'a aucun lien avec mon orientation sexuelle!
Mais je suis à Zagreb maintenant, et je me dois d’y trouver des réponses à mes questions. Cette ville était vraiment une petite île de sérénité au milieu de l’océan. Peut-être pourrais-je accélerer un peu le processus, je me sentais bien avec Orlane, peut-être qu’elle pourrait m’apporter un élément de résolution, elle m’avancerait peut-être dans ma quête de vérité.
Bon okay, je ne douterai pas de ton sens de l’orientation. Vas-y Dem’ tu appâtes le poisson. Mais bon je vacille un peu du pendule interne moi. Déjà que je me retrouves pas des masses à l’extérieur je me perds même dans ma tête ! Arrête de tourner autour du pot, vas-y! Etudier la mer et les espèces plutôt basiques qu’on y retrouve m’ont fait me rendre compte qu’en fait le sentimental humain est vraiment spécial, sûrement unique. Oui voilà tu avances, mais bon elle va croire que tu la drague, un autre pas mon grand. Les autres animaux ne sont jamais attirés par leurs semblables, et dans le cas où ils le sont, la nature a fait que l’un changera de sexe, histoire que l’équilibre soit rétabli, pas d’erreur possible dans la reproduction, jamais! Tu te rends compte! Tandis que nous… Bon tentative râtée, la pauvre elle doit vraiment piger que dalle à ce que je raconte, enfin piger que dalle, elle doit surtout ce demander si je vais bien. Enfin je dois t’embêter avec mes problèmes sentiment… ahem de zoologie, je serai à la piscine demain pour un entraînement avec des lycéens, ça te dirait de venir voir ?

943 mots
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: OMG ! Encore toi ! || ft. Demrost   

Revenir en haut Aller en bas
         

 OMG ! Encore toi ! || ft. Demrost


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit