RP LIBRES
TOUS LES RPS LIBRES!

(MINI EVENT) fête de la musique
Voilà comment je vois les choses : le temps doit s'écouler. Il laisse indubitablement ses marques sur le monde et le transforme, perpétuellement. (libre)
RSS
RSS



 
Bienvenue aux nouveaux membres sur Rainbow Community !
Le concours #2 du jeu des avatars est lancé ici
Ainsi que l’événement de la fête de la musique ici !

Partagez | 
         

 Voilà comment je vois les choses : le temps doit s'écouler. Il laisse indubitablement ses marques sur le monde et le transforme, perpétuellement. (libre)


Je suis arrivé à Zagreb le : 26/03/2014 J'ai posté un total de : 141 kunas en banque. On me dit que : Anthony Hopkins Je crédite : Abyss donc j'ai : 44 ans à : l'Université de Zagreb, et à domicile La classe hein ! Côté cœur je suis : veuf.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Voilà comment je vois les choses : le temps doit s'écouler. Il laisse indubitablement ses marques sur le monde et le transforme, perpétuellement. (libre)   Lun 11 Juin - 23:37


Le fier édifice de pierre blanche, ancien lycée réputé bati au XIX siècle, une des fiertés du Fer à Cheval surplombe de sa superbe la pelouse rase. Ici l'humanité à dompté la nature, ce monument du savoir surplombe les paquerettes, engoncé de suffisance.
L'institution publique de la collection d'art d'Ante et Wiltrud Topić Mimara, plus connue sous le nom de musée Mimara (en croate : Muzej Mimara), est une référence pour les étudiants en art de Zagreb et pour tout ceux que l'art européen intrigue. Ouvert en 1987il abrite notamment la collection de Wiltrud et Ante Topić Mimara. Ce musée du faux, puisqu'il sagirait de la plus grande collection de faux au monde, selon certaines langues peu taiseuses, est à l'image de la population humaine, dissimulateur, et parlant tout à la fois.

C'est ce qu'on pourrait penser de la bouteille caché dans un trou, à l'arrière du batiment. Le mur à cet endroit est âbimé, on ne tardera pas à voir s'élever ici un échaffaudage voué à reparer l'édifice. Le musé, proprieté de l'État croate, bien que géré par le ministère de la Culture, recevait un financement de la ville. Nulle doute que les impots des concitoyens saurait remedier à ce problème.

Elle était là, invisible et visible. Elle était là, muette et chargée d'une histoire. Elle était là, discrète et hors de propos, entre le monument et la pelouse.

Et voilà qu'une main curieuse se tend pour l'attraper, voilà qu'une curieuse main l'attrape, la tourne dans la lumière, l'observe, la renverse pour faire tomber le message, la secoue. Elle délivre une feuille de papier roulée. Et sur cette feuille, des mots jetés, un croquis.


Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 08/06/2018 J'ai posté un total de : 58 kunas en banque. On me dit que : Tyler Posey Je crédite : Abyss donc j'ai : 26 ans La classe hein ! Côté cœur je suis : Célibataire avec : moi-même


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Voilà comment je vois les choses : le temps doit s'écouler. Il laisse indubitablement ses marques sur le monde et le transforme, perpétuellement. (libre)   Jeu 14 Juin - 20:48

C’est par une belle journée ensoleillée que je décide d’aller me balader dans Zagreb, je me dois d’aller visiter un petit peu étant nouveau dans la ville. Je décidais donc de me rendre au Muzej Mimara, le musée d’art le plus réputé à Zagreb. Je suis passionné par les arts depuis mon plus jeune âge, j’aime visiter des musées et découvrir de nouvelles œuvres et formes d’expression.
En arrivant devant celui-ci je ne suis qu’émerveillé par la beauté du monument. Je décide d’en faire le tour afin de contempler la magnificence du musée avant d’en découvrir ses œuvres.
En arrivant vers l’arrière du bâtiment, je remarque que la façade est fissurée et qu’il est prévu de la rénover. Quel dommage un si beau bâtiment qui a subi les ravages du temps.
Et là contre toute attente je trébuche sur une racine et tombe nez à nez avec une crevasse avec à l’intérieur une bouteille en verre. Qui aurait bien pu déposer cela ici ? Sans doute une bouteille de rhum que quelqu’un à fait tomber dans ce trou il y a bien longtemps de ça où tout simplement une bouteille vide jetée comme ça dans la nature. Mais en la déterrant je vois qu’il y a une sorte de parchemin à l’intérieur.
Je ne devrais peut-être pas la ramasser mais ma curiosité me pousse à l’ouvrir.
Je la prends entre mes mains, enlève le surplus de terre, débouche la bouteille et en prélève le message situé à l’intérieur.
Il y est écrit toutes sortes de choses, parfois incompréhensibles j’ai du mal à comprendre certaines allusions. Mais ce que je ne comprends pas m’intrigue encore plus et me pousse à en savoir davantage. Il est question d’art sur le papier, je suppose donc qu’il faut que je me rende à l’intérieur du musée cela tombe bien car je comptais y aller dans tous les cas.
Je rentre dans le musée la lettre en main et je cherche une piste par laquelle commencer. Il n’y a qu’une seule chose que je comprends dans ce message, ce sont les noms d’artistes présents à la fin, je décide donc de me rendre vers chacun des tableaux d'artistes en quête d’un indice, d’une bouteille où de quelqu’un. Ces tableaux sont magnifiques ! Certains expriment des idées et concepts à travers un point de vue assez original, je suis submergé par le talent des artistes, cela me donne envie de me remettre à la peinture tout ça. Je décide tout de même d'analyser chacun des tableaux mais je ne vois rien qui m'attire l'oeil, ce sont juste des peintures rien de plus, aucun indice en vue. J’adore les énigmes bien que celle-ci me donne du fil à retordre. Je ne désespère pas et interroge les gens autour de moi, mon enquête commence plutôt mal, les gens doivent me prendre pour un fou, je cherche un quelconque signe mais je n’ai pas plus d’indications…

Soudain j'aperçois un morceau de papier tombé sur le sol, il y est écrit "Jérôme Bosch" ce qui me rappelle un tableau que j'ai aperçu tout à l'heure appelé "Le jardin des délices", c'est une toile à volets ouverts. Elle est divisée en trois parties, au centre c'est l'Humanité et de part et d'autre de la partie centrale, il y a le paradis et l'enfer et ce qui m'attire l'oeil particulièrement c'est la partie enfer qui ne s'accorde pas en terme de couleur avec le reste du tableau et de plus les instruments de tortures sont représentés par des instruments de musiques cela voudrait-il signifier quelque chose ? Quant au paradis, il n'y a aucune trace d'humain si ce n'est Adam, Eve et Dieu. Il n'y a que des animaux réels et iréels mais l'humanité n'y a pas sa place. Je reste là à analyser le tableau en long en large et en travers mais je ne vois pas d'autre détail qui me semble important. Et si j'avais raté quelque chose ?
Je pense qu'il y a un rapport à l'humanité ou à la musique à moins que je fasse fausse route...

Je décide de regarder l'oeuvre une dernière fois et qu'est-ce que je remarque ? Il y a une bouteille comme celle trouvée dehors se trouvant sur le tableau au milieu de celui-ci posée sur le lac j'ai enfin trouvé ce qui semblait être la suite du premier message. Je suis au bon endroit j'en suis sûr ! Voyons maintenant tout ce que cela me réserve...
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 26/03/2014 J'ai posté un total de : 141 kunas en banque. On me dit que : Anthony Hopkins Je crédite : Abyss donc j'ai : 44 ans à : l'Université de Zagreb, et à domicile La classe hein ! Côté cœur je suis : veuf.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Voilà comment je vois les choses : le temps doit s'écouler. Il laisse indubitablement ses marques sur le monde et le transforme, perpétuellement. (libre)   Lun 25 Juin - 14:18

La joueuse de Luth et son visage lunaire ne s’attarde pas sur le visiteur qui se promène. Elle est bien trop absorbée dans sa contemplation. En effet,
elle regarde le Triptyque Bosh, le soupconnant sans doute de n’avoir rien à faire là. Et c’est vrai que si on s’en approche, on peut remarquer un détail qui n’a rien à faire là. L’indice en question indique une direction. Il lui faudra découvrir tous les morceaux pour restituer la lettre, il lui faudra passer devant la madone peinte par Rafael, encore essuyer son désintérêt, Marie Madeleine (https://nsa39.casimages.com/img/2018/06/20/180620041612559883.jpg) n’ayant d’yeux que pour l’oeuvre de Delacroix (https://nsa39.casimages.com/img/2018/06/20/180620041559244322.png). Son fils, représenté par le Caravage quant à lui semble vouloir passer le peu de temps qui lui reste à contempler la peinture de Turner (https://nsa39.casimages.com/img/2018/06/20/180620041619249250.png). Certaines de ses oeuvres dorment ici depuis qu’elles ont été volées (ou achetées bien entendu) et d’autres ont vu le jour ici même, copies fidèles des originales. Fidèles ? Pas tant que ça en vérité. Un oeil avertit aura tôt fait de voir ce qui cloche, s’en amusera tout au plus. A part peut être celui qui aura trouvé la bouteille, et qui récoltera, morceaux après morceaux, le message caché à l’arrière des portraits.

S’il à trouvé tout les indices, s’il a bien travaillé, alors il ne lui manque plus que le centre du de la missive. Sur le papier chiffonné qu’il a serré dans sa main en déambulant à la recherche de la solution de l’énigme, un nom est apparu un peu plus tard, tracé sans doute à l’encre invisible. La lumière du jour a fait apparaître une phrase.

“Manet est la clé”. (https://nsa39.casimages.com/img/2018/06/20/18062004160649547.png) Le tableau est surveillé, on a tenté de le vandaliser. Un jeune effronté semblait penser qu’il pouvait peindre par dessus l’oeuvre sacralisée. Alors quand le jeune homme approche ses mains pleines de doigts, le gardien surgit, tel un diable hors de sa boite, et le fout manu militari dehors. Le voilà devant l’entrée, à deux doigts de découvrir ce pour quoi il est entré.


Hello, Invité ! Ma boîte à MP est ouverte pour toute question/réclamation/déclamation
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 08/06/2018 J'ai posté un total de : 58 kunas en banque. On me dit que : Tyler Posey Je crédite : Abyss donc j'ai : 26 ans La classe hein ! Côté cœur je suis : Célibataire avec : moi-même


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Voilà comment je vois les choses : le temps doit s'écouler. Il laisse indubitablement ses marques sur le monde et le transforme, perpétuellement. (libre)   Ven 6 Juil - 14:37

Je m’aperçois rapidement que derrière le tableau il n’y a rien à ma plus grande surprise. C’est une blague ou quoi ? Pourquoi laisser un indice sur ce tableau s’il n’y a aucune suite à cela.

Soudainement, j’ai l’impression que l’on m’observe, mais ce n’est pas humain ce n’est autre qu’un tableau, une femme jouant du luth m’observait du coin de l’œil comme si elle se doutait de quelque chose.
Je décide de m’en approcher et de la scruter minutieusement, je la regarde en long en large et en travers mais rien sur l’avant de la peinture. J’ai tellement scruté le tableau que la femme en aurait presque versée une goutte de sueur. Et si quelque chose était dissimulé à l’arrière du tableau ?
Avec toute ma discrétion je soulève le tableau et aperçois un petit morceau de papier déchiré, je le décolle et me rends compte qu’il n’est pas complet et que j’allais sûrement devoir en trouver d’autre afin de reconstituer la lettre en entier. Je décide donc de m’attarder davantage en ce lieu et y trouver toutes les pièces du puzzle.

Il me fallait observer chaque toile en y découvrant un indice visuel et vérifier si un portrait présent dans la salle avait les yeux rivés sur lui.
Je m’approche vers un tableau du célèbre peintre Delacroix intitulé « Scènes des massacres de Scio » et je remarque comme pour le triptyque qu’il y a quelque chose d’anormal sur cette toile, quelque chose qui fait tâche au milieu de cette scène de guerre. Je ne tarde pas à remarquer qu’il y a sur le tableau une autre bouteille en verre avec un message à l’intérieur. Je me retourne donc et j’aperçois face à moi une femme bien coiffée, de grandes manches bleues, un gros collier et un air serein qui me fixe. Je m’approche d’elle et retourne le tableau et là je retombe sur un autre morceau de papier je le mets dans ma poche et continu ma recherche.
Les toiles s’enchaînent, au milieu de l’eau à côté d’une ville en flamme sur une œuvre de Turner une autre bouteille et qui donc observait la toile ? Le Caravage !

Après avoir fouillé en long en large et en travers je décide d’assembler les morceaux un à un pour essayer de reformer un message. Manque de chance il me manque le cœur de la lettre, il ne m’en manque plus qu’un mais pourtant j’ai soigneusement ratissé tout le musée. Je décide de ressortir la première lettre qui maintenant est toute froissé à la recherche d’un éventuel indice. Ce n’est pas très lisible et je décide donc de m’approcher d’une lumière pour mieux lire. Et là sans attente je m’aperçois qu’une phrase qui n’étais pas là au départ vient d’apparaître « Manet est la clé ». J’avais en effet remarqué un tableau de Manet dans ce musée mais il était très bien gardé donc impossible de m’en approcher et j’avais rebroussé chemin pensant qu’aucun message n’aurait pu être dissimulé ici.
Je m’en approche et le garde ne me laisse même pas approcher et me renvoie vers la sortie, retour à la case départ…
Je ne peux pas baisser les bras maintenant, je dois trouver un moyen de regarder derrière le tableau. Mais comment faire ? Je décide de trouver un bouton d’alarme incendie et m’empresse de le déclencher. Tout le monde se rue vers la sortie et je décide de me cacher en attendant que la voie soit libre.

Au bout d’un moment il n’y a plus personne dans le musée, tout le monde se retrouve dehors. Avec toute ma discrétion je m’approche du fameux tableau de Manet et j’aperçois avec joie qu’il y a aussi une bouteille en verre sur celui-ci. Je retourne le tableau et un morceau de papier ainsi qu’une clé s’était retrouvée ensemble derrière celui-ci. Je ne tarde pas à sortir, j’assemble le dernier morceau à la lettre et je peux y lire quelque chose, la clé en ma possession ne déverrouille rien du tout mais on me demande de me rendre à un autre endroit à présent dans un château abandonné un soir de pleine lune. Cela tombe bien la pleine lune c’est ce soir il n'y a plus qu'a trouver le château abandonné en question...

J’arrive sur place et j’attends avec impatience la suite de mon aventure …
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Voilà comment je vois les choses : le temps doit s'écouler. Il laisse indubitablement ses marques sur le monde et le transforme, perpétuellement. (libre)   

Revenir en haut Aller en bas
         

 Voilà comment je vois les choses : le temps doit s'écouler. Il laisse indubitablement ses marques sur le monde et le transforme, perpétuellement. (libre)

 Sujets similaires
-
» Ça veut dire que je m'intègre. Voilà comment on fait. [Icare]
» BOULE de CRISTAL
» comment calculer la taxe?
» Comment traiter le deuil pendant le temps des fêtes
» Je déteste perdre mon temps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Air du temps et Société | Homosexualité