RSS
RSS



 
Bienvenue aux nouveaux membres sur Rainbow Community !
L’événement spécial Halloween est lancé ici
Le concours d'écriture vous ouvre ses portes juste ici !
Pour finir, la partie débat est ouverte ici !

Partagez | 
         

 you'll miss the magic of these good old days (tobias)


Je suis arrivé à Zagreb le : 21/06/2014 J'ai posté un total de : 332 kunas en banque. On me dit que : Ashley Frangipane Je crédite : .Cramberry et tumblr pour les gifs. donc j'ai : 23 ans. à : Trešnjevka. La classe hein ! Côté cœur je suis : célibataire.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: you'll miss the magic of these good old days (tobias)   Mar 18 Sep - 21:22

couverture

You'll miss the magic of these good old days

Le shopping et Tobias, ça faisait deux. Tu le savais. Ce n’était pas vraiment une surprise : en quelque sorte, il avait toujours détesté ce genre de coin. Tellement que tu en arrivais à te demander comment il faisait pour arriver à aller draguer la nuit.
Parce qu’on trouvait ceux qui erraient, effrayés à l’idée d’être seuls. Effrayés à l’idée de ne plus avoir de compagnie. Ou ceux qui voulaient vivre, profiter d’une nuit. D’un corps, d’un instant. L’instant présent.
Prendre et oublier.
Tu secoues la tête, en souriant.
Il t’amusait, au fond. Il t’amusait, à grimacer, à hausser les épaules, alors que tu lui racontes que tu étais partie faire du shopping.
« Il faut voir quand on le fait, je peux pas partir trop longtemps avec le boulot. Faire tout le tour de pays c’est pas une mauvaise idée. » Tu hoches la tête. « Je peux pas partir huit mois non plus. » souris-tu doucement. Parce que tu te ferais jeter. Parce que tes clients te manqueraient. « Mais oui. Ce serait tellement cool de faire le tour du pays, et de le visiter vraiment ! » t’exclames-tu, en sautillant presque sur ta chaise. L’idée te charmait. Vraiment. Déjà, tu t’imaginais avec tes chaussures de rando, ta toile de tente et ton sac à dos. Déjà, tu t’imaginais te réveiller aux sons de la nature, et non des voitures. Avec l’agitation des autres. Tu en avais besoin, probablement. D’un milieu qui aspirait à la vie, mais au calme, malgré tout. Tu en avais besoin, ne serait-ce que pour te calmer toi. Ne serait-ce que pour réfléchir à ce que tu étais, à qui tu étais.

« Tiens au fait, j’ai les photos que papa voulait que je lui donne, tu pourras lui donner ? » te dit-il soudain, avant de se lever. Il est revenu avec un portfolio. Tu t’es levée, toi aussi, pour qu’il le pose sur un coin un peu plus propre que la table sur laquelle vous veniez de manger. « Tu le verras sans doute plus que moi. » Tu as eu un léger sourire en coin, alors que tu haussais les épaules. Ce n’était pas complètement faux, et tu le savais : peut-être que c’était lié au fait que votre père s’était mis avec quelqu’un d’autre que sa mère. Peut-être que c’était également lié au fait que tu étais beaucoup plus jeune que lui, et plus à même d’aller leur rendre visite assez souvent. « Je lui donnerai, oui. » dis-tu, alors que tu commences doucement à le feuilleter.
Elles étaient belles, ses photos.
Remplies de poésies, remplies de rêves qui ne se définissaient pas uniquement par des mots. Des rêves qui s’impriment sous la rétine, et qui vous laissent pensifs pour le reste de la journée. Tu les aimais, ses photos. « C’était où .. ? » demandes-tu, alors que tu essayais, dans ta tête, de te souvenir des coins où il était allé dernièrement.
« Tu devrais les développer, tu sais. Faire une expo, peut-être. Peut-être même dans ta boutique. Je suis sûre que ça pourrait donner quelque chose d’unique. » Et peut-être pour lui l’occasion d’avoir plus de visiteurs. Mais tu étais persuadée que le calme de sa boutique et la poésie de ses photos pouvaient en faire rêver plus d’un. Plus que ton père et toi.

« Comment ça se passe à ton boulot, pas trop dur ? C’est un contrat long ou tu vas bientôt arrêter ? » Tu as relevé la tête vers lui, alors que tu refermais le portfolio. « Non, j’aime bien. Normalement, c’est un contrat long, alors … Je devrais rester encore un peu. Au moins cette année. » expliques-tu. « Il y a des gens qui râlent, parfois, mais dans l’ensemble, ils sont gentils. Puis … Je peux plaisanter un peu. Pour au moins dérider certains, qui semblent oublier que nous ne sommes pas des robots. Comme si … Comme s’il fallait tout, tout de suite. » Tu t’arrêtes, un instant. Tu t’arrêtes, pour te reprendre, doucement. « Je crois qu’ils sont eux-mêmes perdus, au fond. Perdus dans ce monde qui va trop vite, en écrasant ceux qui sont à la traine. »




couverture

Are you searching for purpose?

"Then write something, yeah it might be worthless, then paint something then, it might be wordless, pointless curses, nonsense verses. You'll see purpose start to surface. No one else is dealing with your demons, meaning maybe defeating them could be the beginning of your meaning, friend"

Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 30/03/2018 J'ai posté un total de : 461 kunas en banque. On me dit que : Julien Doré Je crédite : Fae pour l'avatar. MORPHINE pour les images de ma signature et CRIMSON DAY pour le codage de ma signature. donc j'ai : 35 ans à : trešnjevka La classe hein ! Côté cœur je suis : célibataire Me, myself and i :





Kieran ♥️ Le plus beau.
Matea Colocataire 1
Stacey Cliente
Gaelan Voisin
Anja Ma petite soeur
Jouni Mon meilleur ami



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: you'll miss the magic of these good old days (tobias)   Jeu 27 Sep - 19:34

La douceur de mes clichés n’est pas bien différente du reste de mon art. Quelques personnes me qualifieraient d’artiste total. Ce type de personnage assez à l’aise pour passer du chant à la guitare, vers la photographie et la création florale. D’un coup aussi rapidement qu’un courant d’air. Puisque les façons de m’exprimer, sans les mots sont bien plus évidentes que les moments où il faut parler. Tout semble bien plus juste, sur la bonne mesure. Une suite parait de chiffre. Pile au bon moment et au bon endroit.

Les mots ne peuvent pas tout dire, ils ne peuvent pas montrer la douceur d’une peau, la pellicule de sueur qui s’y colle parfois. Les mots ne peuvent exprimer le sentiment de chaire de poule qui se pose sur mes avants bras lorsque je sens quelques soupirs. La douceur d’une respiration dans ma nuque, la caresse volage d’une main. La délicatesse d’une goutte de rosée qui perle sur la feuille d’une rose. Les mots ne peuvent pas montrer ce que les yeux et l’âme peuvent voir, sentir. Puisque le monde est d’une complexité étonnante et qu’un seul art ne peut exprimer entièrement toute cette beauté. C’est un peu pour ça que je me sens satisfait qu’en faisant tout cela, en maîtrisant un peu de tout dans mon monde. Une forme d’expression différente de certains.

Pour autant, mes clichés, comme certains dessins ne sont pas divulgués aux autres. Par moment, mon colocataire aperçoit quelques photographies sur mon ordinateur, rien de plus. Ce sont des moments de vie, des instants de moi, des secrets. Un instant j’observe ma sœur tandis qu’elle regarde quelques photographies de nature morte.

« Celles-ci ont été prises au lac bundek le mois dernier. Là tu as le château à Brezovika. » Sur le cliché on peut voir le bâtiment abandonné puis quelques pages après des photographies d’un homme presque nu dans un univers délabré. Je souris un instant en regardant le cliché. L’homme est resplendissant à la lueur de la lune et il semble chercher du regard quelque chose dans l’air. Je fixe le jeune homme le trouvant plus que captivant.

« C’est Wren, un modèle que j’ai rencontré. » que j’argumente, plutôt enivré par ce cliché. Je l’adore car je le trouve de loin le plus beau de toute la série. Je glisse un doigt contre la photo en souriant. « Je ne suis pas prêt à exposer, ce sont des moments intimes souvent. Des moments où je me sens bien. » Parce que beaucoup de ces clichés ne sont pas des clichés prévus, simplement des instants fugaces pris à la dérobée.

Un peu plus loin dans le portfolio on aperçoit le sourire candide de Kieran que j’ai rencontré récemment dans une boite de nuit. Un cliché volé que l’intéressé ne sait pas du tout. Je n’oserais pas lui dire que j’ai voler ce moment de quiétude parce que je le trouvais magnifique. Magnifique de cet instant, magnifique du regard qu’il portait sur le monde. Je souris un peu gêné et retire la photo pour la gardée. Je n’ai pas vraiment envie de la partager, pas celle-ci.

« Je pense que tu serais pas du même avis si tu voyais des clichés de toi dans une exposition. »
Parce qu’Anja est aussi une source d’inspiration. Plus grande qu’elle ne l’imagine. Ainsi, je délaisse le portfolio pour commencer à ranger en souriant. « Le monde, c’est toi qui lui donnes ton propre rythme. Sinon, ça n’a pas de sens. Pourquoi écouter une musique que l’on ne peut pas suivre ? »
Aussi simplement que cela. Parce que le monde à travers mes yeux est différent du sien sans doute.

« Apprends à vivre la vie que tu veux vivre Anja, pas celle qu’on t’impose. »






Smile at the sun, cry with the stars
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 21/06/2014 J'ai posté un total de : 332 kunas en banque. On me dit que : Ashley Frangipane Je crédite : .Cramberry et tumblr pour les gifs. donc j'ai : 23 ans. à : Trešnjevka. La classe hein ! Côté cœur je suis : célibataire.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: you'll miss the magic of these good old days (tobias)   Ven 12 Oct - 22:08

couverture

You'll miss the magic of these good old days

Il te montre les photographies. Il t’explique. « Celles-ci ont été prises au lac bundek le mois dernier. Là tu as le château à Brezovika. » Tu essaies de refaire la géographie dans ton esprit. Tu essaies d’analyser. Les vieux bâtiments. Les corps presque dénudés dans ces univers abandonnés. Un frisson te hérisse les poils des bras. Il y avait quelque chose. Quelque chose à l’intérieur, quelque chose qui laissant entrevoir de la vie au milieu de l’abandon. « C’est … » souffles-tu, doucement. « C’est Wren, un modèle que j’ai rencontré. » expliques-t-il. Un de ses doigts glisse sur l’image. Tu souris, amusée. « Un modèle .. ? » demandes-tu. Tu aimais le taquiner. Tu aimais juste l’embêter un peu. Encore un peu. « Je ne suis pas prêt à exposer, ce sont des moments intimes souvent. Des moments où je me sens bien. » Tu as acquiescée. Tu comprenais. Tu comprenais ce qu’il voulait dire. « Tu fais comme tu veux, Tobias. Je ne te force en rien. » Tu essaies de te montrer un poil plus calme. Tu essaies de lui montrer que tu comprenais. Que tu comprenais vraiment. « Mais sache juste qu’ils ont quelque chose. » souris-tu. « Comme … la vie au milieu de la mort, tu vois ? Comme s’ils étaient … je ne sais pas. Y’a quelque de naturel. D’effrayant, en même temps. Mais avec les lumières et tout … Sur le sujet … C’est beau. » Tu souffles, doucement.

Tes doigts continuent de faire tourner les pages du portfolio. Tu continues d’observer, de savourer. Des sourires. Des visages que tu ne connais pas. Tu imagines des amants passagers. Tu imagines des amours d’un jour. Des émotions volées, empruntées. Des émotions immortalisées pour presque l’éternité. Jusqu’à … Jusqu’à ce qu’il te retire la photo de sous les yeux. Comme s’il était embêté. « Je pense que tu serais pas du même avis si tu voyais des clichés de toi dans une exposition. » Tu lèves la tête vers lui. Tu fronces les sourcils, un instant, intriguée. « Tu en as ? » demandes-tu, doucement. Comme si tu t’avançais avec prudence.
Est-ce que tu voulais les voir ?
Est-ce que tu avais peur de les voir ?
Est-ce que tu te demandais ce qu’il avait pu faire ?
« Mais … S’il n’y a pas de surprise … Je crois que ça ne m’embêterait pas. » Si tu étais au courant des clichés qu’il exposait de toi. Si tu avais vu l’image qu’il te donnait.
Ça ne te gênerait pas.

« Le monde, c’est toi qui lui donnes ton propre rythme. Sinon, ça n’a pas de sens. Pourquoi écouter une musique que l’on ne peut pas suivre ? » Tu hausses les épaules. Tu hausses les épaules, doucement. Tu n’en avais aucune idée. « J’essaie de suivre, tu sais. » Même si tu craignais de perdre le rythme. Même si tu craignais de trébucher, de t’échouer. D’échouer. « Apprends à vivre la vie que tu veux vivre Anja, pas celle qu’on t’impose. » Tu t’es arrêtée. Tu t’es arrêtée un instant, dans ton mouvement. « Je … » commences-tu. « Qu’est-ce que tu veux dire par là ? » demandes-tu, intriguée. « J’suis bien à mon taf, tu sais … » Tu es perdue. Paumée, soudainement. Comme si tu avais l’impression d’avoir mal compris quelque chose. Comme si tu avais l’impression de t’être égarée.




couverture

Are you searching for purpose?

"Then write something, yeah it might be worthless, then paint something then, it might be wordless, pointless curses, nonsense verses. You'll see purpose start to surface. No one else is dealing with your demons, meaning maybe defeating them could be the beginning of your meaning, friend"

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: you'll miss the magic of these good old days (tobias)   

Revenir en haut Aller en bas
         

 you'll miss the magic of these good old days (tobias)

 Sujets similaires
-
» to the good old days
» Wish we could turn back time, to the good ol' days [Bobbi]
» Miss NRJ Nouvelle Calédonie 2010
» (maternité amie des bébés - LHAB) Miss Hannah (part 2)
» miss lilou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Air du temps et Société | Homosexualité