RSS
RSS



 
Bienvenue aux nouveaux membres sur Rainbow Community !
L’événement spécial Halloween est lancé ici
Le concours d'écriture vous ouvre ses portes juste ici !
Pour finir, la partie débat est ouverte ici !

Partagez | 
         

 "Savoir perdre la tête : tout est là." b.b (pv Jouni)


Je suis arrivé à Zagreb le : 11/06/2018 J'ai posté un total de : 66 kunas en banque. On me dit que : Max Riemelt Je crédite : Alexis (avatar) donc j'ai : 31 à : Zagreb La classe hein ! Côté cœur je suis : amoureux avec : Hyacinthe


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Savoir perdre la tête : tout est là." b.b (pv Jouni)    Mer 22 Aoû - 21:23

"Non, c'pas une question que j'ai posé, j'ai dit comment j’m'appelais. Je me rappelle pas d'un autre prénom que celui-ci."

Okok… Je pince les lèvres pour pas me marrer. Lui, fait clairement la gueule. Le flic revient avec deux bouteilles. Absynthe se redresse d’un coup. « Eh toi. » Le keuf lui fait des yeux courroucés. "Quoi ?" "Combien d'argent tu veux pour faire un truc un peu glauque et bizarre ?" Je regarde Absynthe. Je comprends pas ce qu’il fout… Est-ce qu’il veut payer ce mec pour lui faire des trucs bizarres ?! Je grimace. "Alors qu'est ce que vous en dites ?" L’agent a l’air de se poser la même question que moi, et il a pas du tout l’air partant. "Toi, le taré en caleçon va dormir un peu ca ira mieux quand t'auras dessaoulé." Il lui jette presque la bouteille et me tend la deuxième. Je le remercie. J’ai pas envie de savoir ce que mon couillon a en tête alors je me contente de répéter «Zéphyr» du mieux que je peux. Il semblerait que je le prononce très mal et il m'apparaît constructif d’apprendre à bien dire le prénom de mon nouveau frangin. J’pourrai le faire chier sans avoir l’air con, comme ça !

"Zeufiiir." Il me semble l’entendre marmonner un "Ta gueule" bien haineux et ça me fait rigoler. "Zeufeeul… Zéfil… Zéfiileu…"

Cramponné aux barreaux, Absynthe me lance des regards indignés. Moi je lâche un gloussement en voyant sa face courroucée.

"Concentre toi un peu tu veux ? Pendant que tu faisais ta petite sieste j'ai réfléchi." Putain, parce que ça t’arrive ? Je lève un sourcil circonspect. "Bref. S’il a laissé des indices, on en trouvera sur le corps de ma soeur."

Je sens le sang quitter mon visage. Je le fixe sans oser comprendre. On se regarde en chiens de faïence pendant quelques secondes où j’essaye de ne pas le cogner.

"Attends… Est-ce que t’es en train de me proposer d’aller reluquer le cadavre de ma femme, là ?!" Je hurle.

"CHUUUUUUUUUUUT !" Absynthe sautille en faisant de grands gestes paniqués.

"Mais… M’ENFIN ! ABSYNTHE ! Qu’est-ce qui déconne chez, toi ? L’est fou, lui… FAIS GAFFE, HEIN ! Ça va tomber, Zéphyr !"

"Mais ta gueule, espèce de connard, j’m’appelle pas Zéphyr !!!"

A voir sa tête décomposée, je réprime un nouveau fou rire. Mais ! J’ai pas envie de rire, merde ! Il veut qu’on entre dans une morgue et qu’on inspecte le corps de Hyacinthe ! Mais qu’il essaye seulement ! J’lui coupe la tête s’il la touche ! Putain…

"Ils vont fermer leurs clapets, les amoureux ?!" C’est le flic qui gueule.

"C’est mon frère, connard !" Qu’on lui répond à l’unisson.

"Bon, j’ai très envie de te coller un revers, là. Donc explique-toi avant que je craque." Je me campe devant lui, poings sur les hanches. J’attends.
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 10/03/2014 J'ai posté un total de : 902 kunas en banque. On me dit que : Leonardo Dicaprio Je crédite : moi donc j'ai : 25 à : domicile La classe hein ! Côté cœur je suis : libre et prisonnier. Me, myself and i : "Tout enfant est ainsi confondu la première fois qu'on le traite arbitrairement. S'il vient à vous, il estime avoir droit, par-dessus tout, à la justice. Si vous vous montrez injuste envers lui, il ne cessera pas de vous aimer mais il ne sera plus jamais le même. Nul n'oublie la première injustice" J.M Barrie



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Savoir perdre la tête : tout est là." b.b (pv Jouni)    Lun 3 Sep - 19:19

Un flic, il nous faut un flic… Je repasse en revue ceux que j’ai côtoyé, 3 ans en arrière. Il y a eu Aral. C’est celui que je connais le mieux. C’est lui qui est venu alerté par le coup de fusil, lui aussi qui a pris la seule et unique plainte que j’ai déposée contre Asrandrel. Elle n’a pas été prise au sérieux et mise dans une poubelle, il a dû payer pour ça et encore, le chef de leur équipe ne m’a pas à la bonne. Les autres je les connais moins. C’est grand Zagreb, c’est bien là le problème et ceux ci je ne les connais pas je ne reconnais aucune des têtes que j’ai vu passer.
Jouni se met à gueuler comme un putois. Il est encore à moitié bourré ce con.

"CHUUUUUUUUUUUT !" Ca va pas de balancer des infos pareil ?! Mais putain !

"Mais… M’ENFIN ! ABSYNTHE ! Qu’est-ce qui déconne chez, toi ? L’est fou, lui… FAIS GAFFE, HEIN ! Ça va tomber, Zéphyr !" MAIS. Mais qu’est ce qui fonctionne pas chez TOI ? Je me pince l’arrête du nez, avant de gueuler.

"Mais ta gueule, espèce de connard, j’m’appelle pas Zéphyr !!!" On gueule en réponse à notre discussion de gorilles "Ils vont fermer leurs clapets, les amoureux ?!" "C’est mon frère, connard !" Le connard en question se lève et je m’éloigne sagement des barreaux pour me caler contre le mur du fond, pas fou.
"Bon, j’ai très envie de te coller un revers, là. Donc explique-toi avant que je craque."
Je toise Jouni qui me dépasse quand même un peu. Et puis on pourrait en rentrer deux comme moi dans un comme lui. Bref.

“Qu’est-ce t’as tu m’fais pas peur. J’parle du cadavre de ma soeur connard. Quand on commence une enquête pour meurtre en premier on se rend sur les lieux du crime. Faut aller voir ce qu’ils ont trouvé et qui pourra l’incriminer.”

“Mais c’est l’boulot d’la police ca !”
En parlant de police, Maurice presse son abdal à bière contre les barreaux.

“Z’allez pas un peu la fermer non ?” Je l’ignore totalement.

“La police elle est pas très performante au cas ou tu n’aies pas remarqué. Le nombre de morts qu’il a laissé t’as pas idée, et il a toujours pignon sur rue. T’as qu'à aller y faire un tour si tu veux je suis sûr qu’il te recevrais avec les honneurs.”

Il ne se rend pas compte de qui il est. comment est-ce qu’il pourrait ?

“Mais je sais, j’ai commencé une thérapie avec lui.”
J’ouvre et je ferme la bouche comme un poisson rouge. Et puis j’enfle, lentement.

“Non mais…” “NON MAIS T’ES MALADE ?!”

Le policier lève le doigt comme pour demander l’autorisation de parler.

“... vous avez le droit à un coup de fil…”


"J'aimerais qu'on s'en aille, s'enfouir au plus profond des bras de la terre, entre les doigts des arbres immenses. Mais on ne pars pas, sinon la route serait morte, si on partait, qu'on claquait juste la porte. Alors je t'aime ce soir aussi fort que je veux t'aimer tout les prochains soirs, comme si ce premier soir était le dernier de mes soirs, comme si la moire de ton corps était le doux baiser de ma mort. J'aimerais être assez grand pour te porter sur mon dos. Il n'y a pas de serpents dans le ciel."
E.G.

Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 11/06/2018 J'ai posté un total de : 66 kunas en banque. On me dit que : Max Riemelt Je crédite : Alexis (avatar) donc j'ai : 31 à : Zagreb La classe hein ! Côté cœur je suis : amoureux avec : Hyacinthe


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Savoir perdre la tête : tout est là." b.b (pv Jouni)    Lun 3 Sep - 20:08

“Non mais…” “NON MAIS T’ES MALADE ?!”

"Redescends, gamin, ça fait partie du plan, et Louis est au courant. C'est lui qui paye la note."

Il est en train de virer au rouge et ses narines frétillent. Il doit penser qu'il se donne un air menaçant. Je le regarde enfler comme un crapaud, j'attends l'explosion. Mais il se passe rien.

"Absynthe, qu'est-ce que tu pourrais trouver sur le corps de Hyacinthe que les médecins légistes n'auront pas vu ? C'est leur métier, pas le tien." J'essaye de parler calmement et d'avoir un dialogue structuré. Mais il est en train de prendre une inquiétante teinte violette.

"Déjà je veux la voir. J'en ai besoin. Sinon… J'en sais rien mais je le connais mieux que personne, il signe ses crimes et s'il y a un indice là bas je le verrai." Il me parle comme si j'étais stupide et qu'il se maîtrisait pour ne pas perdre son sang-froid. Déjà, c'est raté parce que quand t'es calme, t'as pas cette couleur-là. Je réfléchis. Est-ce que l'autre fou a tué Hyacinthe pour entamer une sorte d'échange avec lui ? Mais quel genre de psychopathe utilise les gens comme des écriteaux pour écrire des petits mots ?!

"Tu t'attends à ce qu'il t'ai laissé une sorte de message ?" Ca paraît fou. On se croirait dans un film. Le genre de film que j'apprécie en plus, c'est peut-être le pire... Sauf que là, ça me plaît pas. Je me vois pas entrer dans une morgue par effraction. Je suis même pas certain d'être capable de revoir le corps tuméfié de Hyacinthe. Je la revois, enflée et mutilée, les traits déformés par la douleur, le sel de ses larmes collant ses cheveux sur ses tempes. Comme elle a dû souffrir ! Comme elle a dû avoir peur ! Pourquoi j'étais pas là ? Serrant l'arrête de mon nez entre mon pouce et mon index, j'essaye de me raisonner. J'étais pas là, parce que c'était son plan. Il avait probablement prévu tout ça. J'étais pas là parce que j'étais pas censé être là, et il le savait. Je soupire un grand coup, je tente tant bien que mal de ne pas penser à tout ça.


J. Rasmussen
va niquer des races. Cordialement.
©️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 10/03/2014 J'ai posté un total de : 902 kunas en banque. On me dit que : Leonardo Dicaprio Je crédite : moi donc j'ai : 25 à : domicile La classe hein ! Côté cœur je suis : libre et prisonnier. Me, myself and i : "Tout enfant est ainsi confondu la première fois qu'on le traite arbitrairement. S'il vient à vous, il estime avoir droit, par-dessus tout, à la justice. Si vous vous montrez injuste envers lui, il ne cessera pas de vous aimer mais il ne sera plus jamais le même. Nul n'oublie la première injustice" J.M Barrie



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Savoir perdre la tête : tout est là." b.b (pv Jouni)    Lun 3 Sep - 21:48

Je désenfle un peu "oui ! Exactement !"

"Génial. Et du coup c'est quoi ton plan ?"

Absynthe lève un doigt en l'air. "On va à Zadar. On vole les clés, on se glisse dans la morgue, on inspecte le corps,on  vole son dossier et on se tire ni vu ni connu !"

"Mais t'es con tu parles d'entrer par effraction dans une morgue là !"

"Tu as une meilleur idée gros malin ?"

"Ben il faut corrompre un flic. Mais comment ?"

C'est fou de me dire que je vais devoir corrompre un flic pour pouvoir voir ma soeur une dernière fois.

"On pourrait simplement dire la vérité ? Il faudrait tricher un peu, mais je peux sans peine me faire faire un carte au nom de Zéphyr Rossignol et dire que je veux voir le corps. En tant que membre de la famille proche, je peux peut être arriver à convaincre l'un ou l'une d'entre eux de l'approcher. Il en faut un qui ne soit pas en rapport direct avec l'enquête. Je ne tiens pas à me retrouver en présence de M. et Mme Rossignol."

Il leur fallait un plan d'action. "Je connais un peu l'un d'entre eux, il était à l'enterrement de William en compagnie d'Asrandrel. Je sais qu'il s'en méfie" c'est peu, mais c'est suffisant pour moi pour me dire qu'il a l'air d'avoir une bonne intuition. "Il suffirait qu'il accepte de nous accompagner et qu'il soutienne mon histoire je pense. Avec sa plaque ca devrait le faire"

En vérité je suis moins sûr de moi que je veux bien le laisser paraître. Aral a l'air d'être un flic respectable même si ca ne vaut pas grand chose dans une ville ou la police est corrompue du sommet au pied de la pyramide. Mais voilà, on est en zonze, Jouni a une sale gueule, j'suis en calbut alors...

"Faudrait déjà voir à sortir d'ici. Il faut qu'un tiers se porte garant et paie la caution" Ils s'entre-regardent sans rien dire.


"J'aimerais qu'on s'en aille, s'enfouir au plus profond des bras de la terre, entre les doigts des arbres immenses. Mais on ne pars pas, sinon la route serait morte, si on partait, qu'on claquait juste la porte. Alors je t'aime ce soir aussi fort que je veux t'aimer tout les prochains soirs, comme si ce premier soir était le dernier de mes soirs, comme si la moire de ton corps était le doux baiser de ma mort. J'aimerais être assez grand pour te porter sur mon dos. Il n'y a pas de serpents dans le ciel."
E.G.

Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 11/06/2018 J'ai posté un total de : 66 kunas en banque. On me dit que : Max Riemelt Je crédite : Alexis (avatar) donc j'ai : 31 à : Zagreb La classe hein ! Côté cœur je suis : amoureux avec : Hyacinthe


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Savoir perdre la tête : tout est là." b.b (pv Jouni)    Lun 3 Sep - 22:58

"Attends, l'autre con, il a pas dit qu'on avait droit à un con de fil ?"

Absynthe me regarde quelque secondes. On s'approche des barreaux.

"Monsieur ! MONSIEUR ! On peut passer not'coup d'fil ?????"

Silence.

"HOOOOOHAHOOOOOO ON VOUDRAIT TELEPHONEEEEEEEEEEER !!!!! LALALALAAAAAALALAAAAAAALALAAAAAA POOOOOOPOLOPOPOPOPOOOOOOOOO !"

"CA VA, CA VA !" C'est le flic qui s'approche avec son air bourru. "Bon, qui commence ?"

Je pousse Absynthe vers la porte. "Appelle Louis !"

Il recule, m'attrape par le bras et me tire. "Appelle-le, toi !"

Je le repousse. "C'est toi son protégé, vas-y !"

"Noooooooon... j'l'ai déjà appelé deux fois cette semaine ! J'vais me faire allumer !"

"Putain, tu fais chier ! C'est quoi le numéro ?" J'attrape un stylo et un carnet qui dépassent de la poche du flic "Permettez !" Je note le numéro et suis l'agent vers le combiné. Je compose le numéro en soupirant d'agacement.

"Allô ? Allô, Louis Achéron à l'appareil..." me fait une voix endormie et bourrue.

"Louis ? C'est Jouni ! Je suis navré ! Mais navré de vous réveiller à une heure pareille, mais je suis avec Absynthe, nous sommes au poste... Nous aurions besoin que vous veniez nous faire libérer..."

"Oui... Où êtes-vous ?"

"Heu... Probablement au poste de Trenjeska..."

"Mais... ne me dîtes pas "probablement" ! Demandez !" Il a une voix saoulée et je le sens très agacé.

"Heu... Monsieur l'agent ? Nous sommes bien au poste de Trenjska ?"

"Absolument ! On viens vous chercher ?" Qu'il me demande d'un oeil brillant d'espoir.

"Louis ? Nous sommes bien au poste de Trenjska."

"Très bien. J'arrive." Il raccroche. J'ai peur. Je sens venir l'orage, j'aime pas trop ça.

Le flic me raccompagne jusqu'à la cellule, où Absynthe est en grande conversation avec notre co-détenu, recroquevillé contre le mur, dans l'ombre de son vis-à-vis. Ce fou lui parle tout bas, et les yeux du mec sont exorbités de terreur. J'entre dans la cage.

"Absynthe ? "

"Oui ?" Il se tourne vers moi avec un regard fou.

"Qu'est-ce que tu fais ?"

"Rien ! Alors, il vient nous chercher ?" Il se met à sautiller de joie quand je lui réponds par l'affirmative.


J. Rasmussen
va niquer des races. Cordialement.
©️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 26/03/2014 J'ai posté un total de : 158 kunas en banque. On me dit que : Anthony Hopkins Je crédite : Abyss donc j'ai : 44 ans à : l'Université de Zagreb, et à domicile La classe hein ! Côté cœur je suis : veuf.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Savoir perdre la tête : tout est là." b.b (pv Jouni)    Lun 3 Sep - 23:38

La sonnerie résonne, stridente, et Morphée l'éjecte sur son lit, tout assis. Il a décroché le téléphone par réflexe. Une voix grésillante résonne "Allo ?" il se rappelle qu'il doit répondre, et baille largement avant de répondre. "Allô ? Allô, Louis Achéron à l'appareil..." Non mais on a idée de réveiller les braves gens au beau milieu de la nuit ?

"Louis ? C'est Jouni ! Je suis navré ! Mais navré de vous réveiller à une heure pareille, mais je suis avec Absynthe, nous sommes au poste... Nous aurions besoin que vous veniez nous faire libérer..."

... Il lève les yeux au ciel. S'il y avait un Dieu il s'agirait sans doute d'une sorte de punition divine pour tout les crimes qu'il a pu commettre. Il est déçu d'entendre que Jouni n'a pas su résister à l'attraction démoniaque de son protégé. Il se redresse, et attrape sa chemise. Il l'enfile en répondant.

"Oui... Où êtes-vous ?"

"Heu... Probablement au poste de Trenjeska..."

Il s'arrête, agacé, échouant à passer l'un des boutons, attrape un pantalon. "Mais... ne me dîtes pas "probablement" ! Demandez !" Louis se demande a quel point le jeune Rasmunssen est sobre. Pas beaucoup apparemment. Il a le temps d'enfiler ses chaussures, et quitte la chambre quand Jouni répond.

"Louis ? Nous sommes bien au poste de Trenjska."

"Très bien. J'arrive." Il raccroche. Il jure en ne trouvant pas ses clés de voiture, avant de se rappeler qu'elles sont dans sa veste, a l'autre bout de la maison "...irresponsables... stupides... Peut même pas dormir tranquille..." Il marmonne en faisant demi tour, traversant le jardin en enfilant sa veste, les clés dans la main.

"Hé y s'passe quoi ? Tu vas ou ?"

Louis tourne un regard injecté de sang vers Erèbe. Il a le ton rogue.

"JE VAIS CHERCHER DEUX ALCOOLIQUES STUPIDES DEVERGONDES IRRESPECTUEUX AU POSTE."  

"...ok ok, je serais dans mon camion hein... bonsoir..."

Louis conduit toujours bien. Il respecte les limitations de vitesse, prends garde à respecter les priorités sur la route et s'arrête toujours au feu rouge. Sauf ce soir. Un flash l'éblouit une seconde quand le radar le prend à une vitesse excessive. "ET MERDE."

Il gare la voiture dans un crissement de pneus, inspire, bloque, et sors de la voiture. Le policier au comptoir recule d'un pas devant cet homme se disant qu'il a affaire à un supérieur mécontent.

"Bonsoir monsieur !"

"Bonsoir. Je m'appelle Louis Achéron. Je viens régler la caution de M. Absynthe Cinabre et de M. Jouni Rasmussen"

"... Vous êtes apparenté à ces deux olibrius ?"

"Non, grâce au ciel. Pourrais-je avoir le dossier je vous prie ? J'aimerais retourner dans mon lit au plus tôt."

Il se penche, près a se confier et Louis ne peut retenir un gros soupir.

"Vous savez, c'est M.Horvat en personne qui les a placés en cellule de dégrisement. Ils étaient nus en public et agressaient les personnes présentes en leur jetant des bouteille en verre à la figure."

Quelle bande de petits cons ! Il sent la moutarde lui monter au nez alors qu'il siffle "Combien ?"

Un rugissement de colère monte à l'annonce du montant de la caution demandée, et le policier précède Louis en courant, ouvre la porte à toute vitesse comme s'il avait peur pour ses fesses. "Allez dehors !" Louis le bouscule, tend une main et attrape Absynthe par l'oreille droite, une seconde, Jouni par l'oreille gauche.

"TROIS. CENT. MILLE. EUROS. JE VAIS VOUS TUER" Il les traine à l’extérieur en les tirant par là, les deux se débattant en geignant "non mais arrête ca fait maaaaal !" "J'vous jure on va rembourseeeeaaaaaïieeeeuh"

Il les libère, endoloris et humiliés sur le parking. Une fois la, il retire sa veste, la passe sur les épaules d'Absynthe en lui jetant un regard hautain. "Jouni devant, Absynthe à l'arrière. On rentre."


Hello, Invité ! Ma boîte à MP est ouverte pour toute question/réclamation/déclamation
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 11/06/2018 J'ai posté un total de : 66 kunas en banque. On me dit que : Max Riemelt Je crédite : Alexis (avatar) donc j'ai : 31 à : Zagreb La classe hein ! Côté cœur je suis : amoureux avec : Hyacinthe


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Savoir perdre la tête : tout est là." b.b (pv Jouni)    Mar 4 Sep - 0:21

"Allez dehors !" On sursaute en voyant la face rouge de Louis. J'étais soulagé de le savoir en route mais là, je sens mes épaules tomber de dépit. On s'avance lentement vers la porte, pas sûrs de vouloir être le premier à passer. Mais Louis est sans doute pressé parce qu'il bouscule le flic pour se jeter sur nous. Je sens mon oreille gauche s'étirer et je hurle.

"AAAAAAÏÏÏÏÏÏÏÏHEEEEEEUUUUU"

"TROIS. CENT. MILLE. EUROS. JE VAIS VOUS TUER" On geint et on se plaint comme des chiots tandis qu'il nous arrache les oreilles.

Ce n'est qu'après nous avoir traînés jusqu'au parking qu'ils nous lâche. "Jouni devant, Absynthe à l'arrière. On rentre." On s'exécute sans discuter. Je soupçonne Absynthe de se réjouir d'être à l'arrière. Je le fusille du regard avant de m'installer sur le siège passager. Je sursaute alors que le vieux démarre comme un fou. Je me tourne discrètement vers Absynthe. Il fait des grands gestes paniqués. "Regarde la route, putain !" Je lis sur ses lèvres. On prend les virages comme un avion. Les coups de volant nous secouent violemment. A la vue d'un radar Louis freine si violemment qu'Absynthe est projeté entre nos deux sièges et s'écrase sur tableau de bord. Sans un mot, Louis le saisit par le col et le rabat brutalement vers l'arrière. Absynthe rejoint son siège dans un bruit mat. "Aïheu." Je l'entends marmonner. Pendant quelques mètres nous roulons à une vitesse ridicule. Puis, sans transition, Louis écrase l'accélérateur et fend la nuit. Dans un virage très serré je sursaute de peur. "QUOI ?" Aboie Louis en me jetant un oeil mauvais. "Mais rien." Je me renfonce dans mon siège. Il me semble entendre des couinements de plus en plus intenses venir de l'arrière. Lentement, je me tourne vers Absynthe. Il a pris une teinte violette et se mord la lèvre inférieure, cramponné à son siège. "LOUIIIIIIIS? J'AI ENVIE DE PISSER? FAUT QU'ON S'ARRÊTE? J'T'EN SUPPLIIIIIIIIE !!!!" Il hurle. "Ben retiens-toi, un peu de tenue !" "J'T'EN SUPPLIIIIIIE, J'T'EN SUPPLIE, J'VAIS PISSER DANS LA VOITUUUUUUURE !!" J'assiste à l'action, abasourdi, sans intervenir. Louis freine d'un coup, et Absynthe est à nouveau projeté entre les sièges. Saoulé, Louis le repousse. "Allez, dépêche-toi !" Et on attends dans un silence de mort. J'aperçois Absynthe sautiller d'un pied sur l'autre en gémissant. "Ffffff.... Fff... Fffffffffffffff... Fff" Son de l'urine qui touche le sol. "AAAAAAAAAAAAAAARGH !!!!!!!!!!!" Je regarde droit devant moi, mal à l'aise. Louis fait pareil. Absynthe se jette sur son siège en soupirant. "Ha.... Merci." Il claque la portière. On repart en trombe. Quelques minutes plus tard, on arrive enfin. Louis se gare dans un drift effrayant pendant lequel je me cramponne à la portière. Je sors de la voiture, les jambes tremblantes.  

On commence à remonter l'allée tandis que le hippie danse sur la pelouse en hurlant "Vas-y Louis, te laisse pas faire !" Et il jette des caillasses sur Absynthe. "Booooouuuuh, ça s'est fait choppé par les flics ! Booooouuuuuh !" Il me lance quand même un regard de pitié quand Louis abat sa main sur ma nuque.


Dernière édition par Jouni Rasmussen le Lun 10 Sep - 11:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 10/03/2014 J'ai posté un total de : 902 kunas en banque. On me dit que : Leonardo Dicaprio Je crédite : moi donc j'ai : 25 à : domicile La classe hein ! Côté cœur je suis : libre et prisonnier. Me, myself and i : "Tout enfant est ainsi confondu la première fois qu'on le traite arbitrairement. S'il vient à vous, il estime avoir droit, par-dessus tout, à la justice. Si vous vous montrez injuste envers lui, il ne cessera pas de vous aimer mais il ne sera plus jamais le même. Nul n'oublie la première injustice" J.M Barrie



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Savoir perdre la tête : tout est là." b.b (pv Jouni)    Mar 4 Sep - 0:45

Je sors de la voiture sans demander mon reste. Par contre en recevant des cailloux d'Erèbe je chope un galet que je lui balance. Lupus rattrape celui ci au vol évidemment et la main libre de Louis -celle qui n'est pas sur la nuque de Jouni pour l'inciter à avancer plus vite- s'abat sur mon poignet. Il nous traîne à l'intérieur, nous lâche et nous toise de toute sa hauteur. J'ai l'impression d'être devenu plus petit mais je crois que je rentre la tête dans les épaules par réflexe.

"Je suis très déçu par votre attitude à tout les deux. Toi, que tu te comportes comme ça il y a trois ans était déjà extraordinairement stupide et stupide est un faible mot... Mais que tu le fasses toujours maintenant... C'est au delà du indicible !" "Mais..." "Va te coucher et surtout TAIS TOI."

Je gonfle les joues mais je n'ose rien dire et je monte dans ma chambre. Les escaliers semblent anormalement longs, et le lit extraordinairement moelleux. Je m'endors si tôt que je me suis allongé.
C'est ma vessie qui me réveille dans la nuit, et qui émaille le sommeil de toute la maisonnée de cris étouffés (j'emmène mon coussin avec moi pour mordre dedans). Mais avant cela... Louis soupire en retirant sa veste et son chapeau. Il a l'air plus vieux soudain, comme si l'âge lui était retombé dessus.
Ou la fatigue, vu les cernes sous ses yeux.

"Je ne sais pas ce qui vous a pris" Il se sert un verre de Whyski

"Suivre Absynthe dans sa folie... Est une bien étrange idée"

Il s'allume un cigare.


"J'aimerais qu'on s'en aille, s'enfouir au plus profond des bras de la terre, entre les doigts des arbres immenses. Mais on ne pars pas, sinon la route serait morte, si on partait, qu'on claquait juste la porte. Alors je t'aime ce soir aussi fort que je veux t'aimer tout les prochains soirs, comme si ce premier soir était le dernier de mes soirs, comme si la moire de ton corps était le doux baiser de ma mort. J'aimerais être assez grand pour te porter sur mon dos. Il n'y a pas de serpents dans le ciel."
E.G.

Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 11/06/2018 J'ai posté un total de : 66 kunas en banque. On me dit que : Max Riemelt Je crédite : Alexis (avatar) donc j'ai : 31 à : Zagreb La classe hein ! Côté cœur je suis : amoureux avec : Hyacinthe


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Savoir perdre la tête : tout est là." b.b (pv Jouni)    Mar 4 Sep - 1:25

"Je ne sais pas ce qui vous a pris" Il se sert un verre de Whyski

"Suivre Absynthe dans sa folie... Est une bien étrange idée"

Il s'allume un cigare. Il est voûté, probablement par la fatigue, et je dessaoule d'un coup. Je culpabilise. Je sais qu'on a vraiment déconné, mais j'avais tellement besoin que la soupape saute une bonne fois ! Comment je peux lui faire comprendre ça ? Je décide de tenter la sincérité.

"Ecoutez... Je n'ai aucune excuse à présenter pour ce qu'on a fait ce soir. Je ne vais pas vous dire que suis désolé parce que j'ai passé une des meilleures soirées de ma vie. Et je ne peux pas parler pour Absynthe, mais en ce qui me concerne, ce n'est vraiment pas mon genre de faire des vagues. Je viens de vivre deux semaines extrêmement difficiles et arrivé à un tel point de souffrance, il a fallu que ça sorte. J'avais besoin de lâcher un peu la pression. Et Absynthe est quelqu'un de très exubérant. Pour être honnête, j'ai commencé par essayer de calmer le jeu, et puis j'ai envié sa façon de tout envoyer balader, et j'ai voulu faire pareil, pour une fois dans ma vie."

Louis me sert un verre de whisky et le pousse vers moi.

"Il faut bien que jeunesse se passe." Conclue-t-il dans un sourire indulgent. "C'est bien pour lui que vous ayez été présent." Je prends une gorgée de whisky.

"J'en profite pour vous demander: est-ce que ce genre de comportement est fréquent chez Absynthe ? Je veux dire... sans vouloir me mettre en avant, je l'ai littéralement sauvé plusieurs fois au cours de la nuit... Il se met vraiment en danger en permanence. Je comprends même pas comment il atteint sa vingt-cinquième bougie !"

"Absynthe a de réels problèmes de contrôle de soi, et a une notion très étrange des limites. Il refuse toute forme d'autorité, et vit chaque jour comme si c'était son dernier." Je hoche la tête pensivement.

"J'ai cru comprendre qu'il avait grandi séquestré ? C'est ce que dit Hyacinthe dans son journal intime, mais sans plus de détails."

"Il est certain qu'il a connu une longue période d'enfermement, loin de toute personne et même du monde extérieur." Il vide son verre et s'en sert un autre.

"C'est-à-dire qu'il semblerait que lui et moi soyons amenés à développer une relation plus fraternelle que prévue." J'ai failli dire "intime", mais je me suis repris. "Par conséquent, il me paraît important d'en savoir le plus possible à son sujet, afin de parer tout débordement possible de sa part."

"Le premier point, monsieur Rasmussen, est qu'il vaudrait mieux pour nous tous que vous donniez exemple à Absynthe et non l'inverse. Vous seriez sans doute moins coûteux." Je lève les yeux au ciel, réprimant l'envie de le renvoyer à ma première déclaration. "Deuxième point, comme je l'ai dit, Absynthe refuse toute forme d'autorité. Soyez sûr que lui et moi nous disputerons bientôt, je compte sur vous pour ne pas le lâcher à ce moment-là." Je hoche la tête.

"Mais je n'ai pas l'intention d'incarner une quelconque figure d'autorité à ses yeux, et de toute façon ça n'en a pas pris le chemin. J'ai remarqué qu'il semblait plutôt admiratif vis-à-vis de moi. Donc il suffirait sans doute que je le guide et lui serve de modèle. Et ne vous inquiétez pas, comme je vous l'ai déjà dit, je ne suis pas le genre de personne à se faire remarquer. Ce soir était une hécatombe, et je ne compte pas remettre ça." Il hausse un sourcil circonspect.

"J'aurais tord de ne pas m'inquiéter." Il vide son verre d'un trait.


J. Rasmussen
va niquer des races. Cordialement.
©️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 26/03/2014 J'ai posté un total de : 158 kunas en banque. On me dit que : Anthony Hopkins Je crédite : Abyss donc j'ai : 44 ans à : l'Université de Zagreb, et à domicile La classe hein ! Côté cœur je suis : veuf.


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: "Savoir perdre la tête : tout est là." b.b (pv Jouni)    Mar 4 Sep - 1:48

"J'aurais tort de ne pas m'inquiéter." Il a du mal à réprimer un sourire, et l’observe.

“Quand William a emmené ce garçon chez nous la première fois, nous étions en hiver. La tamise avait gelée, il était pieds nus, emmitouflé dans plusieurs pulls, et semblait avoir dormi dehors pendant des mois. Il avait seize ans.” Il observe le vide, se rappelant de ce curieux personnage inerte étendu sur le divan, que William et lui avaient observé, circonspects.

“Nous l’avons entouré de couvertures, nous l’avons soigné. Il a guérit au bout de trois jours et nous lui avons offert l’hospitalité. Il a accepté. Quand il a commencé à déambuler dans la maison, il nous a semblé évident qu’il… Comment dire… Qu’il n’était pas adapté. Il ne savait pas ouvrir les portes à aimant, était incapable d’utiliser le micro onde ou le four, s’est retrouvé bloqué une heure entière en face d’un robinet à levier… Il a eu des débuts difficiles.” Il se souvient quand Absynthe à désigné le poêle à bois en disant “c’est quoi ça ?” avant de poser la main à plat dessus. William et lui avaient eu le temps d’échanger un regard de dépit avant que le gosse ne hurle de douleur et qu’ils ne doivent encore s’occuper de le soigner. Il se souvenait aussi la première grosse pluie qui avait recouvert le ciel, l’orage qui avait grondé et Absynthe qui avait couru sous la pluie. Il se souvenait parfaitement bien de ses rires et de ses larmes. Louis avait vu certaines choses qui ne s’expliquent que difficilement. Comment raconter cette scène et l’expliquer ? Dire quelque chose comme j’ai l’intime conviction qu’il était ému aux larmes parce que c’était la première fois qu’il voyait la pluie, qu’il découvrait la puissance du ciel et de l’orage ne rendait pas la chose réelle aux yeux de celui a qui il pourrait le raconter. Lui, il l’avait vu. Il ne pourrait jamais douter d’Absynthe, mais il était compliqué de le défendre face à Asrandrel quand il le décrivait comme socialement inapte, puisqu’il l’était bel et bien.

“La rue lui était familière, il a très vite voulu y retourner. Il revenait parfois dormir ici, toujours affublé différemment. Je l’ai croisé trois fois dans la ville sous trois patronymes différents.”

Il se passe un long moment de silence durant lequel ils se contentent de boire leurs whisky. Puis Jouni prend congé de son hôte ne lui souhaitant la bonne nuit. Et tout deux s'en vont retrouver les bras de Morphée.


Hello, Invité ! Ma boîte à MP est ouverte pour toute question/réclamation/déclamation
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: "Savoir perdre la tête : tout est là." b.b (pv Jouni)    

Revenir en haut Aller en bas
         

 "Savoir perdre la tête : tout est là." b.b (pv Jouni)

 Sujets similaires
-
» Les bonnes adresses du net pour tout savoir sur les couches lavables!
» TOUT SAVOIR SUR LA FORMATION OBLIGATOIRE de 2 ROUES 50cc et 125cc
» tout savoir sur les avions qui nous passent sur notre tête
» tout savoir sur l'escargot
» je voudrais savoir si il y a des gens dans mon cas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit