RSS
RSS



 
Bienvenue aux nouveaux membres sur Rainbow Community !
L’événement spécial Halloween est lancé ici
Le concours d'écriture vous ouvre ses portes juste ici !
Pour finir, la partie débat est ouverte ici !

Partagez | 
         

 Alesia Gaber (Alina Kovalenko) - "Je déteste le mot homophobie. Ce n'est pas une phobie, vous n'avez pas peur, vous êtes juste des connards."


Je suis arrivé à Zagreb le : 02/10/2018 J'ai posté un total de : 37 kunas en banque. On me dit que : Alina Kovalenko donc j'ai : 25 ans (un quart de siècle) à : Quartier Sud La classe hein ! Côté cœur je suis : En couple (3 fois)


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Alesia Gaber (Alina Kovalenko) - "Je déteste le mot homophobie. Ce n'est pas une phobie, vous n'avez pas peur, vous êtes juste des connards."   Mar 2 Oct - 10:10


Alesia Gaber
✱ L'amour, sa beauté, sa joie et même ses peines, était la plus belle chose qu'on pouvait offrir ou recevoir - Ellen Page ✱


Passes ta souris sur la dernière image !


Que pensez vous de Mila Nola ? Et Goran Horvat ? : C'est bien simple. Je me bats contre tout ce que représente Goran Horvat. Il me répugne. Et je le fais aux côtés de Mila, en coordonnant nos évènements. Les nôtres meurent à cause de Horvat et nous ne nous tairons pas.
Quant à Mila, c'est plus que de simple relations de travail. Je l'admire énormément d'avoir fait son coming-out en public et ses avec fierté que j'oeuvre à ses côtés. Nous devenons peu à peu amies mais il est difficile de se voir avec nos emploi du temps chargés.
Quelle est votre position sur la cause LGTB+ ? Je me bats pour elle depuis mon enfance. Je n'ai jamais compris pourquoi nous devrions rester cachés et avoir honte de ce que nous sommes. J'avais 6 ans pour ma première marche des fiertés, appelée encore "gay pride" en Slovénie. Nous retournons, avec mes papas, en Slovénie tous les ans pour la faire ! Je fais aussi celle de Zagreb et des alentours.
pourquoi êtes-vous à zagreb et comment êtes-vous arrivés là ? Avec mes papa, nous venons de Slovénie, de Novo Mesto pour être précise. Nous sommes venus à Zagreb pour la première fois en 2000 je crois. Mes papa sont tombés amoureux de cette ville et ont cherchés à s'y faire muter. En 2002, nous y posions nos valises définitivement.
dans quel groupe souhaiteriez vous être et pourquoi ? Militant. Parce que je gère le centre LGBT de Zagreb. Et puis je suis profondément persuadé qu'il faut que les choses bougent ! Les fascistes nous tuent en toute impunité. Je suis motivée à faire entendre notre mécontentement et à protéger mes semblables ! Même si cela signifie me mettre une cible dans le dos.
quel est votre avis sur les différents groupes (militant, neutre, ignorant, opposant) ? Le monde se porterait bien mieux sans qu'il y ait d'opposants à nos droits. Il n'y aurait plus besoin de militant. Et il y aurait aussi beaucoup moins d'ignorants. Au final, nous serions tous neutres.
A Zagreb, 9 habitants sur 10 se déclarent catholiques. Quelle est donc votre confession ? En avez vous une? Quel est votre point de vue sur la religion? Je n'ai pas de religion, même si j'ai été baptisée. Je n'ai rien contre la religion en elle même. J'ai quelque chose contre l'étroitesse d'esprit qu'elle prône. Ca, c'est notre affaire à tous. Croire en un Dieu ne signifie pas pour autant renier tout ce qu'on ne comprend pas.


Informations générales


Nom Gaber Prénom Alesia Date de naissance 25 Août 1993Age Un quart de siècle, soit 25 ans ! Nationalité Slovène Origines Slovènes Orientation sexuelle Bisexuelle. Ne soyez pas surpris, je suis aussi polyamoureuse Statut En couple 3 fois Métier ou études Gérante du Centre LGBT de Zagreb et FleuristeZone du travail Sud Quartier de résidence podsused - vrapče et podsljeme, avec mes papas Statut financier Riche

Caractère & Particularités

Vindicative. C'est ce qu'on pense de moi. Je n'ai pas peur de réclamer haut et fort ce à quoi j'ai le droit. Je proclame à tout vas ma fierté d'être celle que je suis. Et clairement, j'emmerde ceux qui râlent. Je n'ai pas peur de me faire des ennemis et s'il y a embrouilles, je ne reste pas de marbre. Je m'énerve très vite, surtout face à l'injustice, quelque soit sa nature.
Active. J'ai besoin de bouger. Tout le temps, partout. Et je ne supporte pas les gens passifs. Quand tu veux quelque chose, tu le prends. Je suis un peu comme Malcom X voire les black panthers et j'ai tendance à déteste les Martin Luther King Junior qui ne pensent qu'à rêver. Ca se saurait si c'était en rêvant que les choses changent ! Ca fait 25 ans que je rêces de licornes et de dragons, c'est pas pour autant qu'il y en a.
Têtue. Quand j'ai une idée en tête, je ne l'ai pas ailleurs.
Altruiste. J'aime aider les autres.
Je suis passionnée par les fleurs depuis toute petite.



Ft Alina Kovalenko

Pseudo Lilith-93 Age 25 ans Comment es-tu arrivé ici ? PRD Ton avis sur le forum ? Il est beau :3 Veux-tu voir la "partie câline" ? Cette partie est réservée aux rps sexuels ou/et violents. L'accès est autorisé à partir de 18 ans. Oui !!! <3



Dernière édition par Alesia Gaber le Sam 6 Oct - 13:13, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 02/10/2018 J'ai posté un total de : 37 kunas en banque. On me dit que : Alina Kovalenko donc j'ai : 25 ans (un quart de siècle) à : Quartier Sud La classe hein ! Côté cœur je suis : En couple (3 fois)


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alesia Gaber (Alina Kovalenko) - "Je déteste le mot homophobie. Ce n'est pas une phobie, vous n'avez pas peur, vous êtes juste des connards."   Mar 2 Oct - 10:10


Flowers of Love
*Your old familiar logic Is poison on your lips*

Je me réveille aux côtés de ma chérie et je l'embrasse tendrement sur la joue. Je lui caresse ses cheveux avec une précaution infinie et je me lève silencieusement. J'attrape ma culotte de la veille et l'enfile. Il faut vraiment que je pense à ramener au moins des sous-vêtements ici. Je suis guillerette, pressée. Aujourd'hui est un grand jour. Je me mets à faire un café bien corsé et je fouille pour trouver du pain et de la confiture. Je danse joyeusement sur une musique inaudible et je prends mon petit déjeuner. Je laisse un mot sur le plan de travail, après avoir tout rangé et nettoyé "A plus tard. Je t'aime. A <3". Je m'habille et je sors de l'appartement sans faire de bruit.
Je dois aller m'occuper de mes fleurs. Il est cinq heures de matin et je suis déjà chez moi, à m'occuper de notre immense jardin. J'avais la chance de pouvoir avoir ma propre parcelle où je cultivait mes fleurs pour ensuite en faire de très jolis bouquets et les vendre. J'arrose et coupe donc mes fleurs puis les amène à la boutique. Je les arrange autant que je le peux puis j'ouvre ma boutique. Comme d'habitude, ça marche plutôt bien et je ne m'ennuies pas. A la pause de midi, je préviens mes deux papas que je découcherai ce soir aussi et qu'il ne faut pas qu'ils m'attendent pour manger. J'envoie aussi un message à Nola pour savoir quand est-ce qu'on pourra se voir pour coordonner nos prochaines actions militantes. Je demande aussi aux bénévoles du Centre LGBT si tout va bien.

Je me rappelle brièvement de la Slovénie. J'étais encore petite lorsqu'on y habitait. J'étais raillée par mes camarades de classe lorsqu'ils ont compris que j'avais deux papas et pas de maman. Et lorsqu'ils ont appris que ma maman était morte en couche, ils avaient commencé à me dire que j'en étais responsable ou que j'étais maudite. Mon cœur se serre. Au fond de moi, je n'ai toujours pas cessé de me croire responsable.
Alors quand on est arrivés ici, je me suis promis que personne ne saurait ce qui est réellement arrivé à ma mère. Je reste évasive. En revanche, jamais je n'ai essayé de cacher mes deux papas. J'en étais très fière. L'homophobie ne m'a clairement pas épargnée, ça ne m'a rendue que plus entêtée et avide de justice. Ca m'a aussi pas mal aiguisé la langue.Grâce à cette ambiance malsaine, j'ai acquis un répondant à toute épreuve.
Mes pensées bifurquent vers ma bisexualité et les remarques désagréables que l'on peut me faire. Comme quoi ça n'existait pas, qu'on ne pouvait être qu'homosexuel ou hétéro. Je souris à cette pensée en espérant qu'un jour ces personnes tombent sur un.e skoliosexuel.le, un.e sapiosexuel.le ou même juste un.e pansexuel.le. On m'a dit aussi que je ne savais pas rester fidèle de fait de ma bisexualité. Là aussi, je rigole. Si seulement ils savaient !
Je pense aussi au centre que j'avais monté. Un espace de bienveillance pour les personnes lesbiennes, gay, bi, trans, intersexe... Bref, Queers en toute genres. Les débuts n'avaient pas été faciles. Après l'achat du local, on s'est fait taguer plusieurs fois par jours pendant au moins six mois. Et bien évidemment, la police n'a jamais rien fait. En même temps, à quoi pourrait-on s'attendre d'un organisme remplis de réac' trop cons pour comprendre qu'on a tous le droit au bonheur et à un espace rempli de bienveillance. Aujourd'hui, je suis fière d'avoir tenu bon. Nous aidons pas mal de personne à s'assumer, au moins dans l'intimité. Je finis mon sandwich et retourne travailler.

La journée passe. Je prends les quelques fleurs en bon état qui me restent, les arrange en un bouquet assez mignon et l'emballe soigneusement. Il était temps d'y aller. Je mets le tout dans ma voiture, sécurise le bouquet avec des sangles et attrape cette robe bustier courte de couleur rose poudré qui traîne dans le coffre. Je la secoue un peu. Ca va, elle n'est pas trop froissée. Je rentre dans la boutique et me change vite fait dans l'arrière boutique. J'arrange mes cheveux flamboyants et me maquille très vite. J'ai le coeur qui fait boum dans la poitrine.
Je rejoins Čronmerec. Ca me change nettement de Trnje. Je regrette très vite ma petite robe rose au vu des regards lubriques que je me prends. Tant pis. Je sonne à l'interphone et lance un "c'est moi !" enjoué mais stressée. On m'ouvre et je monte les marches quatre à quatre. Je m'engouffre dans l'appartement à la porte ouverte et saute sur l'homme à qui il appartient. Je l'embrasse à pleine bouche.

-"Putain, tu m'as manqué ! Ne pars plus jamais !!!"

Il rigole doucement et me dit qu'il ne peut rien me promettre. Peu après, je regarde mon portable et je souris tendrement. Ma chérie me demande comment ça se passe avec mon amoureux. Nous lui envoyons une photo de nous deux, en train de s'embrasser tendrement. Elle nous souhaite une bonne soirée et moi je lui souhaite de bien s'amuser avec sa copine.
Nous parlons de ses huits mois d'absence, de ma nouvelle chérie, de ma rupture avec deux de mes amoureux, avec lesquels je suis restée en bons termes et en quelques minutes, nous retrouvons notre complicité d'avant.
Et puis, il m'avoue avoir trahi ma confiance lors de son voyage. Il n'a pas respecté une de nos règles. La plus importante à mes yeux, après celles qui concernent la sécurité sanitaire : "pas de sexe sans amour". Je fonds en larmes parce que je me sens trahie. Mais en trois ans, c'est son premier manquement, il était à des milliers de kilomètres d'ici et ne pouvais pas s'attacher là-bas. Il me promets de s'être protégé, me promet même de se faire dépister de toute éventuelle IST. Je me reprends assez vite. Il sait qu'il faut me donner du concret et pas juste des paroles en l'air. Je me sens le besoin de lui écrire les règles et il me laisse faire.
Citation :
"Règles sanitaires"
-Se protéger lors de toute relation inférieure à 3 mois.
-Contraception obligatoire pour l'un des deux partis.
-Dépistage tous les six mois minimum.

"Règles sentimentales"
-Pas de sexe sans amour.
-Si une relation dure plus de 6 mois, rencontre avec ce métamour.

Je lui rappelle que je ne suis pas, et n'arriverai pas, à être libertine. Le sexe est à mes yeux quelque chose de sacré. Et on a beau être polyamoureux, ce n'est pas pour autant que l'on a une vie sexuelle débordante, débridée et incontrôlée. On se fait un câlin tout tendre et j'envoie finalement un sms à mes papas pour leur dire que je rentre ce soir. Sachant très bien que si je rentre, c'est que la soirée ne s'est pas très bien passée, ils mettent sense8 et me font des nouilles instantanées. Ils respectent mon silence et je vais me coucher, le vague à l'âme, un peu perdue.


Dernière édition par Alesia Gaber le Mer 3 Oct - 11:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 14/03/2014 J'ai posté un total de : 435 kunas en banque. On me dit que : Jonathon Ng Je crédite : Abyss (avatar) et SIAL (signature) donc j'ai : 23 ans à : donji grad La classe hein ! Côté cœur je suis : perdu avec : toutes ces émotions différentes


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alesia Gaber (Alina Kovalenko) - "Je déteste le mot homophobie. Ce n'est pas une phobie, vous n'avez pas peur, vous êtes juste des connards."   Mar 2 Oct - 21:44

Bonsoir et officiellement bienvenue parmi nous Alesia ! Je suis contente de voir l'un des prédéfinis du forum être tenté J'espère que tu te plairas parmi nous

J'aime beaucoup ta fiche et le caractère de la petite Alesia, très affirmé lovee Mais avant de pouvoir te valider, j'aimerais que tu précises plusieurs choses dans ta fiche

- Ca serait possible que tu développes un peu certaines réponses aux questions de la fiche ? (dans quel groupe tu veux être, etc...) Je trouve qu'elles sont assez courtes, or on s'en sert pour bien avoir le point de vue du personnage sur les thématiques que touche le forum, tu comprends

- Concernant sa vie familiale, tu restes vague sur pas mal de choses : Quand et comment ses deux papas se sont rencontrés ? Alesia avait quel âge à ce moment-là ? Comment a-t-elle prit les choses (parfois les enfants ne veulent pas que la place de leur maman soit "remplacée", même si elle est morte, ils réagissent de façon différente, ou peut-être qu'elle l'a accepté tout de suite ?) Est-elle adoptée par son papa non biologique ? Est-ce que c'est autorisé en Slovénie en fait ? Il faudra se renseigner à ce propos

- Elle a vécu dans un milieu assez riche, comment a-t-elle réagit lorsqu'elle a dû ouvrir les yeux sur le monde (homophobie, précarité, toujours plus de violence) au fur et à mesure qu'elle s'est engagée dans la communauté ? Quelles conséquences cela a pu avoir sur son caractère, sa vision des choses ?

- Pourrais-tu préciser un peu sa relation avec Mila ? Est-ce que cela tend plus d'une relation strictement professionnelle, il y a de l'admiration derrière, ou une amitié partagée qui commence à dater ?

Bien sûr tout cela ne sont que des pistes, tu peux tourner les choses comme tu le veux, mais voilà j'aimerais plus de précisions sur ces points-là Une fois cela fait, tu seras validée sans aucun souci !


fucked up

Nothing ever makes sense, I'm not feeling alright. Staying up 'til sunrise and hoping shit is okay, pretending we know things... I don't know what happened ; my natural reaction is that we're scared, so I guess we're scared.
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 02/10/2018 J'ai posté un total de : 37 kunas en banque. On me dit que : Alina Kovalenko donc j'ai : 25 ans (un quart de siècle) à : Quartier Sud La classe hein ! Côté cœur je suis : En couple (3 fois)


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alesia Gaber (Alina Kovalenko) - "Je déteste le mot homophobie. Ce n'est pas une phobie, vous n'avez pas peur, vous êtes juste des connards."   Mer 3 Oct - 10:27

Coucou <3
Je fais les modifications nécessaires alors :)

En revanche, pour détailler les liens entre ses papas et elle, j'étais en train de faire les préliens. Du coup, je te mets là ce que j'ai marqué (je sais pas trop comment mettre tout ça dans la fiche >o<) :
Citation :
Andrej est tombé amoureux 3 fois dans sa vie. Une fois de celle qui aura été sa femme pendant sept ans, jusqu’à la mort de celle-ci, une fois d’un homme merveilleux du nom d’Anton, qui a su apaiser la tristesse d’avoir perdu son véritable premier amour. Et la fois qui compte le plus : il est tombé raide dingue de sa fille dès qu’il a posé les yeux sur ce bébé de 2kg400 et de 43cm. Bon pas du même amour, bien évidemment. Mais sa fille est une princesse à ses yeux et elle mérite tout l’or du monde.
Il a 25 ans lorsqu’il rencontre sa femme, 27 lorsqu’il l’épouse et 32 lorsqu’il la perd et que sa fille naît. Lorsque sa femme est morte en donnant naissance à sa fille, il a décidé qu’elle ne manquerait jamais de rien et surtout pas d’amour ! Il a travaillé d’arrache pied pour qu’elle se sente aimée par lui comme par de deux parents en même temps.

Il a rencontré Anton alors que la petite avait 4 ans. Réticent au début, il a finalement craqué et a accepté ses sentiments. Il n’avait pas trop le choix, de toute façon : Alesia adorait Anton et ce dernier adorait Alesia tout en respectant une distance pour laisser à Andrej le temps de s’y retrouver.
C’est avec Anton qu’il découvre sa part d’homosexualité. Ensemble, et avec Alesia, ils vont à la première pride d’Andrej (et d’Alesia qui avait alors que 6 ans) à Ljubljana. Ils y retourneront chaque année, en faisant un rendez-vous familial.
C’est à ses sept ans qu’Alesia,  demande à Andrej, pour Noël, de faire d’Anton son “véritable deuxième papa”. Ne pouvant pas se marier, Andrej demande à Anton s’il accepte d’adopter sa fille, comme la loi slovène les y autorise. La chose se fait très rapidement.
Je laisse assez de zones d'ombres pour permettre aux joueu.se.r.s de s'approprier un peu les personnages.

Pour les questions, j'ai ajouté ça :
Mila a écrit:
Quant à Mila, c'est plus que de simple relations de travail. Je l'admire énormément d'avoir fait son coming-out en public et ses avec fierté que j'oeuvre à ses côtés. Nous devenons peu à peu amies mais il est difficile de se voir avec nos emploi du temps chargés.
Cause LGBT a écrit:
J'avais 6 ans pour ma première marche des fiertés, appelée encore "gay pride" en Slovénie. Nous retournons, avec mes papas, en Slovénie tous les ans pour la faire ! Je fais aussi celle de Zagreb et des alentours.
Groupe a écrit:
Militant. Parce que je gère le centre LGBT de Zagreb. Et puis je suis profondément persuadé qu'il faut que les choses bougent ! Les fascistes nous tuent en toute impunité. Je suis motivée à faire entendre notre mécontentement et à protéger mes semblables ! Même si cela signifie me mettre une cible dans le dos.

J'ai ajouté ça dans l'histoire au sujet de l'homophobie/bisexualité/biphobie :
Citation :
J'en étais très fière. L'homophobie ne m'a clairement pas épargnée, ça ne m'a rendue que plus entêtée et avide de justice. Ca m'a aussi pas mal aiguisé la langue.Grâce à cette ambiance malsaine, j'ai acquis un répondant à toute épreuve.
Mes pensées bifurquent vers ma bisexualité et les remarques désagréables que l'on peut me faire. Comme quoi ça n'existait pas, qu'on ne pouvait être qu'homosexuel ou hétéro. Je souris à cette pensée en espérant qu'un jour ces personnes tombent sur un.e skoliosexuel.le, un.e sapiosexuel.le ou même juste un.e pansexuel.le. On m'a dit aussi que je ne savais pas rester fidèle de fait de ma bisexualité. Là aussi, je rigole. Si seulement ils savaient !

Et ça pour le polyamour :
Citation :
Et puis, il m'avoue avoir trahi ma confiance lors de son voyage. Il n'a pas respecté une de nos règles. La plus importante à mes yeux, après celles qui concernent la sécurité sanitaire : "pas de sexe sans amour". Je fonds en larmes parce que je me sens trahie. Mais en trois ans, c'est son premier manquement, il était à des milliers de kilomètres d'ici et ne pouvais pas s'attacher là-bas. Il me promets de s'être protégé, me promet même de se faire dépister de toute éventuelle IST. Je me reprends assez vite. Il sait qu'il faut me donner du concret et pas juste des paroles en l'air. Je me sens le besoin de lui écrire les règles et il me laisse faire.
Citation :
"Règles sanitaires"
-Se protéger lors de toute relation inférieure à 3 mois.
-Contraception obligatoire pour l'un des deux partis.
-Dépistage tous les six mois minimum.

"Règles sentimentales"
-Pas de sexe sans amour.
-Si une relation dure plus de 6 mois, rencontre avec ce métamour.

Je lui rappelle que je ne suis pas, et n'arriverai pas, à être libertine. Le sexe est à mes yeux quelque chose de sacré. Et on a beau être polyamoureux, ce n'est pas pour autant que l'on a une vie sexuelle débordante, débridée et incontrôlée. On se fait un câlin tout tendre et j'envoie finalement un sms à mes papas pour leur dire que je rentre ce soir. Sachant très bien que si je rentre, c'est que la soirée ne s'est pas très bien passée, ils mettent sense8 et me font des nouilles instantanées. Ils respectent mon silence. A la fin de l'épisode, je vais me coucher, le vague à l'âme, un peu perdue.
Histoire de ne pas mélanger polyamour et libertinage.

J'espère que c'est suffisant :/
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 30/03/2018 J'ai posté un total de : 476 kunas en banque. On me dit que : Julien Doré Je crédite : Fae pour l'avatar. MORPHINE pour les images de ma signature et CRIMSON DAY pour le codage de ma signature. donc j'ai : 35 ans à : trešnjevka La classe hein ! Côté cœur je suis : célibataire Me, myself and i :





Kieran ♥️ Le plus beau.
Matea Colocataire 1
Stacey Cliente
Gaelan Voisin
Anja Ma petite soeur
Jouni Mon meilleur ami



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alesia Gaber (Alina Kovalenko) - "Je déteste le mot homophobie. Ce n'est pas une phobie, vous n'avez pas peur, vous êtes juste des connards."   Mer 3 Oct - 19:41

Bonsoir à toi ♥️ Bienvenue parmi nous ! Alors on est pas nmbreux mais je suis très heureux de voir ta petite Alesia, j'adore vraiment ce prédéfinis ♥️ J'espère que nous aurons un lien donc !





Smile at the sun, cry with the stars
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 02/10/2018 J'ai posté un total de : 37 kunas en banque. On me dit que : Alina Kovalenko donc j'ai : 25 ans (un quart de siècle) à : Quartier Sud La classe hein ! Côté cœur je suis : En couple (3 fois)


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alesia Gaber (Alina Kovalenko) - "Je déteste le mot homophobie. Ce n'est pas une phobie, vous n'avez pas peur, vous êtes juste des connards."   Mer 3 Oct - 20:59

Merci <3 J'avoue avoir eu un coup de coeur pour ce prédéf aussi <3
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 30/03/2018 J'ai posté un total de : 476 kunas en banque. On me dit que : Julien Doré Je crédite : Fae pour l'avatar. MORPHINE pour les images de ma signature et CRIMSON DAY pour le codage de ma signature. donc j'ai : 35 ans à : trešnjevka La classe hein ! Côté cœur je suis : célibataire Me, myself and i :





Kieran ♥️ Le plus beau.
Matea Colocataire 1
Stacey Cliente
Gaelan Voisin
Anja Ma petite soeur
Jouni Mon meilleur ami



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alesia Gaber (Alina Kovalenko) - "Je déteste le mot homophobie. Ce n'est pas une phobie, vous n'avez pas peur, vous êtes juste des connards."   Mer 3 Oct - 21:42

@Alesia Gaber C'est plaisant en tout cas ! Et quelle belle rousse moi je trouuuves





Smile at the sun, cry with the stars
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 28/08/2018 J'ai posté un total de : 46 kunas en banque. On me dit que : Matthew (sexy) Gray Gubler Je crédite : @Fox donc j'ai : 35 ans à : l'Ouest de Zagreb La classe hein ! Côté cœur je suis : Célibataire


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alesia Gaber (Alina Kovalenko) - "Je déteste le mot homophobie. Ce n'est pas une phobie, vous n'avez pas peur, vous êtes juste des connards."   Ven 5 Oct - 12:50

Bienvenue parmi nous
Qu'est-ce qu'elle est belle cette petite rousse
J'aime bien son caractère, à l'opposé de mon loulou :zad: (oui, c'est un appel du bien pour un lien :zad: :zad: )
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 03/11/2014 J'ai posté un total de : 421 kunas en banque. On me dit que : Jack O'Connell Je crédite : Bazzart et moi meme donc j'ai : 24 à : Zagreb La classe hein ! Côté cœur je suis : il est parti en éxil avec : le monde


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alesia Gaber (Alina Kovalenko) - "Je déteste le mot homophobie. Ce n'est pas une phobie, vous n'avez pas peur, vous êtes juste des connards."   Ven 5 Oct - 12:51

Et bienvenue à toi <3


Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 02/10/2018 J'ai posté un total de : 37 kunas en banque. On me dit que : Alina Kovalenko donc j'ai : 25 ans (un quart de siècle) à : Quartier Sud La classe hein ! Côté cœur je suis : En couple (3 fois)


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Alesia Gaber (Alina Kovalenko) - "Je déteste le mot homophobie. Ce n'est pas une phobie, vous n'avez pas peur, vous êtes juste des connards."   Ven 5 Oct - 18:52

Merci tout le monde <3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Alesia Gaber (Alina Kovalenko) - "Je déteste le mot homophobie. Ce n'est pas une phobie, vous n'avez pas peur, vous êtes juste des connards."   

Revenir en haut Aller en bas
         

 Alesia Gaber (Alina Kovalenko) - "Je déteste le mot homophobie. Ce n'est pas une phobie, vous n'avez pas peur, vous êtes juste des connards."

 Sujets similaires
-
» ANA ≻ somebody to lean on
» pour savoir si vous attendez une fille ou un garçon
» Tout le monde déteste... sauf vous
» AVIS: le groupe Estee Lauder (MAC) re-teste sur animaux!
» je teste la nouvelle TE1 en coton bio de lulu nature

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com