RSS
RSS



 
Bienvenue aux nouveaux membres sur Rainbow Community !
L’événement spécial Halloween est lancé ici
Le concours d'écriture vous ouvre ses portes juste ici !
Pour finir, la partie débat est ouverte ici !

Partagez | 
         

 Don't want lie anymore [wesia]


Je suis arrivé à Zagreb le : 02/10/2018 J'ai posté un total de : 31 kunas en banque. On me dit que : Alina Kovalenko donc j'ai : 25 ans (un quart de siècle) à : Quartier Sud La classe hein ! Côté cœur je suis : En couple (3 fois)


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Don't want lie anymore [wesia]   Sam 6 Oct - 18:46

Ca faisait deux bonnes semaines que je n’avais pas vu Wes et ça me manquait. Alors ce soir, c’était décidé, j’allais aller le voir au club et on allait discuter. En plus, j’avais bien besoin d’un verre là, tout de suite. Ca fait une bonne semaine que je lutte pour ne pas me prendre une cuite à cause de mon amoureux qui m’a trompée lors de son voyage. Une semaine que ça tourne en boucle dans ma tête. Une semaine, sans que mon meilleur ami ne soit là pour me dire quoi faire. Et ça m'attristait.
Me voilà donc dans une robe dos nu courte, noire et en simili cuir, avec un maquillage léger et une queue de cheval haute, parfaitement lissée. Le tout me donnait un air dominatrice. Je prends mes louboutins avec une hauteur de talon de 15cm à la main et enfile une paire de ballerine pour conduire en toute sécurité.

Je gare ma voiture non loin du club, change mes chaussures et entre dans l’établissement. Je ne peux m’empêcher d’avoir un regard sur les deux scènes pour me rincer un peu les yeux. Et je tombe des nues. Sur l’une d’elle, je crois reconnaître mon meilleur ami et je déglutis. Ni une, ni deux, je me plante juste devant la scène, les bras croisés. Mes yeux ne regardent que son visage. Je m’interdis de regarder son corps. Parce que c’est mon meilleur ami, d’une part. Et de l’autre, parce qu’il est homo, pas hétéro ni bi. Et que je le respecte.
Mon souci, c’est pas qu’il soit strip-teaseur. Ca j’en ai rien à faire, tant qu’il le fait par envie. Le problème, c’est qu’il m’en ai pas parlé. Ce qui veut dire qu’il en a certainement honte. Et ça, c’est pas possible. Mes yeux se remplissent d'empathie, mélangé à de la colère. Colère contre moi, de ne pas avoir vu qu’il avait besoin d’aide financière. Mais aussi contre lui. Il n’est pas venu me le dire. Il ne m’a pas demandé de l’aide. Aide que je lui aurais donné avec joie !
Son show se finit et je plante mon regard dans le sien. Mes doigts tapotent mon bras. Je sais qu’il m’a vue. J’ai tout fait pour. Il n’allait pas pouvoir se défiler. Je l’attends juste devant la porte des coulisses, toujours les bras croisés et le regard furibond.
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 04/10/2018 J'ai posté un total de : 65 kunas en banque. On me dit que : Landon Liboiron Je crédite : LemonTart donc j'ai : 27 ans à : Gentlemen's Club La classe hein ! Côté cœur je suis : brisé et célibataire avec : moi-même pour le moment


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Don't want lie anymore [wesia]   Sam 6 Oct - 19:03

Encore une soirée où je vais devoir laisser ma dignité au placard pour gagner un peu plus d'argent en plus de mon salaire initial. J'étais en train de servir au comptoir lorsqu'un collègue me fait signe que c'est le moment de monter sur scène. Je fais un tour par les coulisses pour me changer et je monte rapidement sur l'une des deux scènes prévues pour les shows. Même si cela faisait un moment que je le faisais et que ça m'avait, en quelque sorte, apporté satisfaction, j'en avais toujours une certaine honte. Le corps que je montrais presque tous les soirs aux clients, je m'étais juré qu'il n'y aura que Petar qui puisse l'admirer... Sentir leur regard sur moi était une façon d'oublier que celui que j'ai aimé ne pourrait plus jamais le faire. Cela me satisfaisait sur le moment, mais lorsque le spectacle se terminait la culpabilité revenait de suite me frapper en plein coeur...

Je soupirais longuement en montant sur scène et je commençais les figures autour de la barre. Les yeux se baladaient des hommes et des femmes glissant sur mes muscles et ma peau ne me gênaient pas... Sauf un certain regard que je ne pensais pas revoir pendant un moment. Alesia était là, me fixant avec un regard que je connaissais malheureusement... Je sentais qu'après ma prestation je ne pourrais être tranquille ce soir encore, mais pour une fois ça ne sera pas par un client un peu trop intrusif voulant que je lui fournisse un "show privé", chose que je refuse."Je suis strip-teaseur, pas prostitué !" Lui avais-je rétorqué à l'époque.

Je continuais mon show malgré son regard me glaçant le sang. Les gens glissaient des billets dans mon seul vêtement ou sur la scène et je finis sous les applaudissements et les sifflements des clients qui avaient bien appréciés ma performance.
Je me dirigeais alors vers les coulisses et comme je m'y attendais, ma meilleure ami, toujours en me fusillant du regard, m'y attendait. Je soupirais encore et la fait entrer dans la loge des maquilleurs et retire le maquillage que j'ai sur le visage sans la regarder.

Tu es venu me taper sur les doigts et me priver de sortir durant les 5 prochains mois?

J'essayais d'être un peu sarcastique comme avant, mais cela sonnait tellement faux...


A part of me died with you this night.
I didn't know how I did to survive without you by my side. Breathing is hard
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 02/10/2018 J'ai posté un total de : 31 kunas en banque. On me dit que : Alina Kovalenko donc j'ai : 25 ans (un quart de siècle) à : Quartier Sud La classe hein ! Côté cœur je suis : En couple (3 fois)


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Don't want lie anymore [wesia]   Sam 6 Oct - 19:31

Son sarcasme habituel sonnait faux et forcé. Je grimace et me calme instantanément. Je le prends dans mes bras et le sert fort.

-Ca fait du bien de te revoir.

Je le lâche et replonge mon regard dans le sien. Je rentre ensuite dans sa loge que je jauge du regard. Pas très grande et en bordel. Du Wes tout craché. En plus, j'imagine qu'il la partage avec d'autres.

-Je vais t'offrir un verre, et tu vas me raconter pourquoi tu n'es pas venu me parler de ça... Tu sais que je me contrefou que tu sois barman, pute, dealer, strip-teaseur ou cadre dans une grande enrteprise. Moi je veux juste que tu sois fier de toi et heureux... Alors je te pose la question... Ce job te plaît ? Honnêtement, Wes ?

Je déglutis et baisse les yeux.

-Je suis désolée, aussi... Si j'avais été moins dans mes problèmes personnels, j'aurais peut-être vu que ça n'allait pas. J'étais peut-être un peu trop absorbée par ma propre vie pour voir que la tienne se barrait en couille ?

Je me masse un peu la nuque et m'assois par terre, le laissant faire ce qu'il avait à faire.

-Je ne suis pas ta mère, Wes... Je suis ta meilleure amie. Je veux juste que tu te confie à moi, comme je me confie à toi. Tu sais à quel pont je t'aime. Comme un frère. Et jamais je te laisserai tomber... Et je suis sincèrement désolée si tu as trouvé que je manquais de temps pour toi.

Je m'inquiétais pour lui, comme il s'inquiéterait sans doute pour moi si je devenais strip-teaseuse ou call girl du jour au lendemain. De nombreuses questions me brûlaient les lèvres. Est-ce qu'il faisait "des extras ?", "Est-ce qu'il a arrêté d'être barman ?" ou encore, "Dans quelles merdes s'était-il retrouvé ?". Mais je les notes dans un coin de ma tête, pour plus tard. Une fois qu'il a fini, je me relève et tend les bras pour qu'il vienne s'y enfouir. J'allais devoir le secouer. Mais là, je ne pense pas que ce soit le moment. Pas si je veux qu'il s'ouvre à moi et qu'il m'explique tout. Alors je tais mon caractère impulsif. Et je vais lui laisser prendre le temps de se confier.
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 04/10/2018 J'ai posté un total de : 65 kunas en banque. On me dit que : Landon Liboiron Je crédite : LemonTart donc j'ai : 27 ans à : Gentlemen's Club La classe hein ! Côté cœur je suis : brisé et célibataire avec : moi-même pour le moment


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Don't want lie anymore [wesia]   Sam 6 Oct - 20:42

Elle me prit directement dans ses bras. J'eus un frisson, cela faisait un moment que personne n'avait montré de signe d'affection envers moi. Surtout car je les repoussais, mais pour ce cas-ci elle m'a prit de court.
Je la laissais finir son câlin, en souriant en coin, et puis je finis de me démaquillais, en lui répondant.

Tu m'as aussi manquée...

Puis je la regarde alors qu'elle examine la pièce dans laquelle nous nous sommes retrouvés. Ce n'était pas du tout ma propre loge, je la partageais avec ceux qui montaient sur scènes et pour le moment nous n'étions que trois, une femme, un homme et moi-même.
Et je tiens à dire qu'aucun de nous n'avait envie, ni le temps de tout ranger donc c'était rapidement devenu un bazar monstre plus qu'une véritable loge.
Alesia reprend son discours en me proposant de boire un verre pour parler de ma situation. Je déglutis et eus un frisson de dégoût lorsqu'elle prononçait le mot "pute"... Voilà à quoi j'ai eu l'impression de ressembler au début des shows. Sa question me figea de suite... Si cela me plaisait? C'était une vraie question ça c'est certain. Je me retournais doucement, posant l'arrière de mon corps contre ma surface de la table de la coiffeuse. Je lui parlais sérieusement en soupirant et regardant en face de moi, croisant par la même occasion mes bras sur mon torse.

Ce métier... J'apprends à l'apprécier, mais tu peux t'en douter que ce n'est pas ce que je m'imaginais faire lorsque j'étais enfant. Mais au moins je n'ai pas besoin de faire des études longues et chiantes. Suffit juste d'avoir un beau corps et de savoir bouger et hop tu ramasses un généreux pourboire.

Elle s'excusait alors de ne pas avoir été là... Si seulement elle savait que ce n'était pas sa faute. Elle avait essayer de m'appeler, de m'envoyer des messages ou même de venir frapper à ma porte, mais jamais je ne lui avais répondu. Je ne voulais pas qu'elle me voit aussi faible que je l'étais... Et que je suis encore. Le maquillage n'est pas le seul costume que je porte au quotidien. Je porte aussi un masque invisible, qui masque ce que je ressens au fond de moi. Je refuse de laisser les autres voir à quel point je suis brisé.

Ma vie part en couilles car j'en ai perdu le contrôle et personne ne peut y remédier à part moi, et tu le sais.

Je la regarde s'asseoir à terre. Je me dissimulais derrière un paravent pour me changer. Je troquais la tenue, en rangeant les billets dans mon porte-feuille. J'enfilais par la suite ma tenue civile, car généralement le show est la dernière chose que je fais lorsque je pars au travail. Alors que j'avais fin ide me changer j'entendais Alesia rajouter quelques mots encore.
Je soupirais à nouveau et je ressortais de derrière le paravent, pour ranger mon vêtement de scène.

Ecoute Alesia, arrête de t'en faire. Je sais que j'ai merdé et que j'aurai du t'appeler mais malheureusement je me suis permit de ne rien te dire car je ne veux pas t'embêter avec mes soucis, et comme tu l'as dit tu as aussi des problèmes donc je ne veux pas que tu t'en fasses pour moi d'accord.

Mes problèmes financiers et émotionnels ne regardaient que moi après tout n'est-ce pas?


A part of me died with you this night.
I didn't know how I did to survive without you by my side. Breathing is hard
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 02/10/2018 J'ai posté un total de : 31 kunas en banque. On me dit que : Alina Kovalenko donc j'ai : 25 ans (un quart de siècle) à : Quartier Sud La classe hein ! Côté cœur je suis : En couple (3 fois)


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Don't want lie anymore [wesia]   Sam 6 Oct - 21:27

Il m'énerve. Si je lui ai manqué, alors pourquoi m'avoir ignorée ? Je croise à nouveau les bras. J'avais essayé de prendre des nouvelles. Mais il ne répondait pas. Ni aux appels, ni aux SMS, ni même quand je sonnais directement à sa porte. Si je lui manquais tant que ça, pourquoi il répondait pas ? Et puis se satisfaire d'un boulot où ils suffit d'être beau, franchement. Il mérite mieux.

-T'es un mec bourré de talent, Wes. Pourquoi tu ne veux pas reprendre tes études ? Tu sais que si c'est financier, je peux t'aider. Et comme je me doutes que tu refusera la charité, je peux très ben te demander de me rembourser quand tu pourras. Et il y a des études courtes. Fais quelque chose que tu aimes... Pas un truc que tu dois "apprendre à apprécier". Pas un truc qui fasse que tu aies tellement honte que tu refuse tout contact avec moi.

Il continue ses bêtises, à me dire qu'il est le seul à pouvoir arranger les choses. Et là, j'explose. Je tape du talon, mes mains se serrent sur mes bras et mes ongles rentrent dans ma chair.

-putain mais Wes !!! Tu n'es pas seul ! Je suis là, je peux t'aider. Pourquoi tu refuse de t'ouvrir à moi !!! Qu'est-ce que je fais de mal, bordel ? Bien sûr que si, je peux t'aider à reprendre le contrôle. Je peux te permettre de souffler u peu en allant boire un verre, t'offrir une soirée détente sur netflix, draguer des beaux mecs pour toi. Je peux t'écouter ! Je peux être une épaule sur la quelle pleurer. Ou même être un punchingball. Je suis ton amie, merde !!! Arrête de me tenir à l'écart ! C'est tout ce que je te demandes ! Je pourrais mettre ma vie entre tes mains, sans aucun soucis ! Mais on dirait qu'à tes yeux je suis toujours une inconnue. Et ça me fait mal...

Les larmes me montent aux yeux et je pousse un "Et merde !" en essayant de les essuyer sans retirer mon eyeliner. Qu'est ce qu'il pouvait être con, parfois.

-Mes soucis ne m'ont pas amenée à me foutre à poil devant des gens que je ne connais pas. J'estime que les tiens sont plus importants... Maintenant, on va boire un ou dix verres au bar. Et je veux que tu me racontes tout ce qu'il s'est passé, Wes. Tu n'as pas le choix.

J'avais dû mettre toute ma détermination pour qu'il se laisse approcher par moi. J'avais lutté pour qu'il s'ouvre un peu. Et notre amitié était devenue forte en partie parce que je n'ai pas lâché l'affaire lorsqu'il faisait sa mauvaise tête. Mais maintenant, il est hors de question que je le laisse retourner dans ses retranchements. Je l'aime bien trop. Je le frappe à l'arrière du crâne. Rien de méchant, rien de violent ou de haineux. Juste une petite tape.

-Je m'inquiète pour toi lorsque tu es injoignable. Tu as une idée du nombre de fois ou je piquais le journal des mains de mes papas pour voir si tu avais été retrouvé mort ? Je demandais sans cesse à papa Aleksei si tu avait été à l'hôpital, s'il t'avait vu aux urgences... Je m'inquiète pour toi lorsque je te vois quasi à poil sur la scène du club où t'es censé être barman.

Les larmes coulent.

-J'ai cru que t'étais mort, bordel ! J'ai cru que ces salopards t'avaient zigouillé et qu'on t'avait pas retrouvé ou pas identifié. Et tu répondais jamais. J'ai eu tellement peur pour toi, Wes ! Tu comprends, ça ? Qu'on est dans un climat de danger constant et que c'est angoissant ?
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 04/10/2018 J'ai posté un total de : 65 kunas en banque. On me dit que : Landon Liboiron Je crédite : LemonTart donc j'ai : 27 ans à : Gentlemen's Club La classe hein ! Côté cœur je suis : brisé et célibataire avec : moi-même pour le moment


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Don't want lie anymore [wesia]   Dim 7 Oct - 0:12

Puis d'un coup elle hausse la voix plus fortement, je ne m'attendais pas à cela et  j'écarquillais quelque peu les sourcils en le regardant. Le fait de ne pas l'avoir vu depuis un moment m'avait presque fait oublier ce genre de réaction qu'elle pouvait avoir lorsqu'elle réagissait à un truc auquel elle tenait. Et pourtant Dieu sait dans quels types d'embrouilles on a pu se trouvait vu qu'elle était d'une franchise sans limites surtout durant les prides ou manifs.

Pourquoi? Et bien parce que j'ai aucune idée de ce que je veux faire, ayant déjà un diplôme en poche... Et bien si tu me comprends tant pourquoi ça te choque autant que j'ai préféré cette solution à autre chose. Certes j'apprends à aimer mais... Cette activité m'aide en quelque sorte. Elle m'aide à penser à autre chose... Ne pas penser à Petar.

Mais ce que dont je ne m'attendais pas était le fait qu'elle s'approche rapidement de moi, et qu'elle me plante ses ongles dans la peau en attrapant mes bras, pour me secouer. Je grognais de douleur en essayant de me dégager de sa poigne mais je n'y arrivais pas. Je ne pouvais que la laisser faire et l'entendre me parler... Que dis-je me hurler dessus.
En entendant ce qu'elle me dit, cela me fit un coup de poignard dans le coeur. Je ne l'avais jamais vu ainsi, surtout envers moi. Chacun e ses mots entraient dans mon esprit et je ne pus rien dire sur le moment, juste l'écouter était la seule chose que je pouvais me permettre de faire.

Ce qui fut un déclic était lorsque j'ai vu les larmes apparaître dans les yeux et rouler sur les joues d'Alesia... J'étais en train de tout foirer, j'étais en train de faire du mal à l'une des rares personnes qui croyait encore en moi malgré tout ce qui m'arrivait depuis que j'étais arrivé en Croatie, et surtout après la perte de mon âme-soeur.
Elle voulait absolument qu'on aille parler de ma nouvelle situation autour d'un ou plusieurs verres, chose que je faisais déjà seul: c'est à dire faire un bilan seul en me morfondant sur mon sort une bouteille de vodka entamée au goulot dans la main.

Je me mordais la lèvre, ma culpabilité frappant encore. Elle avait eu peur pour moi. Peur que je sois retrouvé mort un matin, et cela se comprenait, j'étais bien placé pour savoir qu'il suffisait d'une minute pour changer des vies à jamais et passer du paradis à l'enfer en un claquement de doigts.

Une fois qu'elle se calmait, je passais ma main sur ses joues pour y effacer les larmes qui avaient entraîner l'eye-liner sur son passage pour lui nettoyer la peau. Puis je lui prends les poignets et réussis à éloigner ses mains qui m'avaient marqué de profondes marques d'ongles commençant presque à  me faire saigner.

Je reviens.

Je sortais un instant de la pièce et j'allais prendre une bouteille et des verres, tout en mettant l'argent dans la caisse pour la bouteille que j'allais prendre.
Puis je reviens dans la pièce, je savais que personne ne viendrait nous déranger. Puis je m'asseyais à terre en l'invitant d'un geste de la main à faire de même. Je sers la boisson dans chaque verre et regarde le liquide dans la bouteille.

Je veux pas te perdre Alésia. Je veux pas non plus que tu vois ce que je suis devenu. Je ne parle pas de strip-teaseur car cela m'importe peu à présent, mais je veux dire de l'épave sentimental que je suis. Je me suis éloigné de tout ce qui me rappelait ma vie avant ce fichu accident.

Je bus d'une traite le premier verre avant de m'en resservir un autre.

J'ai décidé de faire le mort... En quelque sorte. Je comprends pas pourquoi je ne suis pas mort avec lui... J'aurai dû... J'aurai pas dû reprendre conscience... Il avait tellement plus d'avenir que moi.

Je la regarde, laissant doucement ma carapace se fissurer.

Hein?! Dis moi pourquoi lui et pas moi?! Pourquoi je suis obligé de vivre en sachant que celui pour qui j'ai tout abandonner ne sera pas là pour me voir vivre chaque jour?! Pourquoi nos projets sont morts ce soir où ce foutu camion nous a percuté?!

Les larmes commencent à venir embrouiller ma vision. Je tordais nerveusement mes doigts après avoir reposé le verre.

Voilà... Je ne voulais pas que tu me vois ainsi... Pas toi... Pas celle qui a encore un minimum foi en moi... Si tu veux me poser des questions... Je suis à ta merci ce soir... Je te dirais tout. J'en ai assez de ne rien révéler sur ce que je ressens au fond.


A part of me died with you this night.
I didn't know how I did to survive without you by my side. Breathing is hard
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 02/10/2018 J'ai posté un total de : 31 kunas en banque. On me dit que : Alina Kovalenko donc j'ai : 25 ans (un quart de siècle) à : Quartier Sud La classe hein ! Côté cœur je suis : En couple (3 fois)


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Don't want lie anymore [wesia]   Dim 7 Oct - 11:06

Il parle de Petar et mon coeur se brise. Je le regarde avec une compassion infinie, me trouvant bête d'avoir été si impulsive et virulente.
Lorsqu'il s'absente, la peur qu'il ne revienne pas me tiraille. Mais il revient vite avec une bouteille et des verres. Il s'assoit par terre et m'invite à faire de même. Je retire mes talons et m'assois. J'avais profité de son absence pour me reprendre.

-Si ça t'aide, alors OK... Mais je suis persuadée qu'il te faudrait autre chose. Je me doute que les regards posés sur toi ne te dérangent pas... Sauf quand je suis là pour te fusiller du regard parce que tu m'as caché une partie de ta réalité. Je sais que je ne suis, aux yeux de personnes modestes, qu'une petite fille bourge qui pense qu'il suffit de dégainer son carnet de chèque pour arranger les choses. Mais rien, si ce n'est le temps, ne pourra arranger ce que tu ressens vis à vis de Petar... Tu as le droit d'être cette épave émotionnelle. Tu aimais Petar et il t'aimait. Putain, mais c'est super injuste ce qui est arrivé ! C'est normal que tu sois dans cet état, Wes !

Je bois, l'écoutant. Cul sec, comme lui juste avant. Et je me ressert. Ses mots faisait écho à ce que j'avais pu ressentir lorsque j'ai appris comment ma mère était morte. Ma main se sert sur mon verre et je déglutit. Je l'écoute. Je ne pouvais faire que ça. Ecouter et compatir. Lorsqu'il commence à pleurer, je marche à genoux jusqu'à lui et le prends dans mes bras. Je le berce de droite à gauche sur un rythme lent et lui caresse les cheveux.

-Pleure autant que tu veux, mon grand... J'aurais toujours foi en toi, Wes. Tu as le droit d'être en colère, triste, désespéré. T'as même le droit de te détester. Mais moi je t'aime. Je t'aime très très très fort. Et rien ni personne ne pourra changer ça. Même te voir faire un strip-tease endiablé, même te voir bourré, même te voir pleurer. Tu es humain. On en a tous besoin.

Je n'aimais pas le voir comme ça. Il me fendait le coeur. J'avais envie de l'emmener loin de tout ça, de lui faire oublier l'accident, juste pour une soirée. Juste pour qu'il se repose un peu.
Je retourne à ma place et bois mon verre cul sec. Je baisse la tête et regarde mon verre vide.

Quand mes papas m'ont appris comment ma mère était morte... J'ai pas compris pourquoi elle a dû mourir pour me donner la vie. C'était comme si j'avais dû prendre sa vie pour avoir la mienne... Comme si je l'avais tuée de mes mains...

Ca, il le savait... Ce qu'il ne sait pas, c'est qu'encore aujourd'hui la culpabilité m'assaille dès que je pense à elle.

-Je ne sais pas pourquoi lui et pas toi. Comme je ne sais pas pourquoi elle et pas moi. La malchance, j'imagine ? Mais la question... La seule véritable question... C'est, si les choses était inversées, est-ce que c'est ce que tu aurais voulu pour Petar ?

Je le regarde tendrement.

-Tu n'es pas pitoyable. Tu es perdu, Wes... C'est tout. Et ça se comprend. Je sais que t'as du mal à le voir comme ça aujourd'hui, et ça mettra du temps avant que t'y arrives, mais tu as la chance d'être encore en vie. On t'a pris la personne la plus précieuse à tes yeux. Mais tu peux vivre la vie que Petar voulait pour toi...

Je prends délicatement sa main. Je n'ose pas imaginer si je perdais l'un de mes amoureux par la mort. Juste avant une demande en mariage, qui plus est. Je pense que je deviendrais folle. Moi aussi, je deviendrais une épave. Et j'espère que Wes sera là pour me secouer un peu. Les mots qui vont sortir de ma bouche, vont sans doute le choquer. Et je les dis lentement, prenant conscience du poids de chacun d'entre eux.

-Il faut que tu le laisse partir, Wes.
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 04/10/2018 J'ai posté un total de : 65 kunas en banque. On me dit que : Landon Liboiron Je crédite : LemonTart donc j'ai : 27 ans à : Gentlemen's Club La classe hein ! Côté cœur je suis : brisé et célibataire avec : moi-même pour le moment


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Don't want lie anymore [wesia]   Lun 8 Oct - 0:04

Malgré tout ce que je lui disais, Alesia restait sur ses positions vis à vis de mes choix de vie. De toute façon, cette situation me convenait pour l'instant. Peut-être qu'un jour j'arrêterais mais pas pour le moment, j'ai besoin de cet argent... J'avais envie de lui dire que je ne la prenais pas pour une fille à qui tout tombait tout cuit dans le bec et qui pouvait utiliser son argent, ou plutôt l'argent de ses pères, pour réussir à bien vivre.
Alors qu'elle me prit dans ses bras je me laissais aller. D'ordinaire j'aurai fait un crise, j'aurai crier, mais je ne m'en sentais pas capable. Je la pris dans mes bras, la serrant fort, sa chaleur me calmait un peu. Ses mots me faisaient du bien, tout comme son geste de venir me prendre dans ses bras. C'est vrai qu'elle a toujours été là pour moi. J'avais repoussé tant de gens, comme par exemple les membres de ma propre fratrie... Ils n'étaient pas au courant, enfin pas exactement de ce qui s'est passé avec Petar. Car je sais qu'ils viendront me voir et c'est la dernière chose que j'ai envie qu'ils fassent pour moi.
Je me sentais mal lorsqu'elle parlait de sa mère, je savais que c'était quelque chose qui lui était aussi difficile que moi pour Petar. J'avais de la peine pour elle, même plus de peine que pour ma propre situation.

C'est alors qu'Alesia me posait une question qui tournait en tête. C'était vrai, je ne m'étais jamais posé ça, sûrement trop pris dans mon chagrin.

Je sais pas... J'aurai sûrement voulu... Voulu qu'il continue sa vie... Lui était fort, pas moi...

Je paniquais à nouveau, ma respiration se fit plus difficile, et je tremblais à nouveau. Je ne voulais pas vivre la vie qu'on avait prévu seul ou avec un autre, c'était trop tôt pour moi. Je venais "à peine" de perdre celui avec qui je me voyais vieillir. Une chance d'être en vie? J'espère qu'elle rigolait... Je savais que les paroles qui allaient suivre allaient lui faire du mal.

Je refuse de vivre en sachant que plus jamais je ne pourrais être avec lui. Comment tu peux me dire que j'ai de la chance d'être en vie ! Tu le dis toi même, on m'a prise ma raison de vivre...

Comment je pouvais encore être en couple avec quelqu'un, alors que je sais que je peux le perdre à nouveau? Comment pourrais-je accepter une future demande en mariage en sachant que le seul homme a en voir eu l'idée est mort à mes côtés la veille de sa demande. Le pire, pour moi, fut lorsqu'elle parlait de "laisser partir Petar". Je ne pouvais l'accepter, sans lui je n'avais pas l'impression d'être moi. Et même si je dois vivre sur du passé pour me sentir un minimum vivant... Non je ne savais vraiment plus quoi faire.

Je... Je peux pas Alesia... C'est trop tôt et... Je veux pas lui dire adieu.

Ma main se serrait sur la surface sur le verre qui commençait à se fissurer. Non je ne pouvais pas, pour l'instant, me résoudre à lui dire adieu pour toujours. Parfois quand je me réveillais j'avais l'impression qu'il était avec moi, mais ce n'était qu'une illusion.


A part of me died with you this night.
I didn't know how I did to survive without you by my side. Breathing is hard
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 02/10/2018 J'ai posté un total de : 31 kunas en banque. On me dit que : Alina Kovalenko donc j'ai : 25 ans (un quart de siècle) à : Quartier Sud La classe hein ! Côté cœur je suis : En couple (3 fois)


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Don't want lie anymore [wesia]   Lun 8 Oct - 23:19

Hors jeu:
 

Il me sort qu'il n'est pas fort et je grimace. Je lutte contre l'envie de lui asséner un nouveau coup. Et je fixe mon regard dans le sien.

-Bien sûr que tu l'es ! Être fort ne signifie pas ne pas pleurer, ne pas être assaillit par le chagrin ou ne pas prendre du temps pour se remettre d'un accident ou de la perte de l'homme de sa vie ! Ca signifie savoir faire une pause et se poser tranquillement pour reprendre son souffle quand le sort s'acharne. Ca signifie savoir reprendre des forces pour affronter les épreuves à venir. Parce que la vie, ce n'est que ça. Une succession d'épreuves, d'obstacles à franchir. Et toi, Wes... T'en as déjà sauté pas mal. Le suicide de ton cousin, grandir avec des parents homophobes... J'en passe et des meilleures. Alors tu es fort, mon grand. Tu es même l'un des hommes les plus forts que je connaisse.

Je passe une main dans ses cheveux. Et je le regarde tendrement, comme une soeur regarde son frère dans ses moments de faiblesse. Il avait mal pris le fait que je lui dise qu'il avait de la chance d'être en vie. Et c'était plus que compréhensible. On arrivait au coeur du fâcheux sujet.

-Wes... Petar ne peut plus travailler, il ne peut plus prendre part à des ébats endiablés avec toi, ni avec personne d'autre. Il ne peut plus voir ton corps d'éphèbe, ni celui d'un autre. Sa vie s'est achevée. Et il n'a même pas eu le droit, ni le temps, de mettre de l'ordre dans ses affaires avant de quitter ce monde. Toi tu as la chance - oui, la chance, je refuse de changer de mot - de pouvoir travailler -peu importe le travail que tu exerce -, la chance de pouvoir - dans un peu de temps, bien évidemment - faire l'amour à d'autres personnes et voir le corps d'éphèbes d'autres garçons. Mieux encore... Toi tu as la chance de pouvoir partager des instants avec tes proches. Une part de toi est morte avec lui, je ne le nie pas, Wes ! Mais quand seulement une part de nous meurt, on peut la reconstruire, différemment. Et ça met du temps, Wes. Beaucoup, beaucoup de temps. Et c'est douloureux. Mais tu y arriveras. Parce que tu es entouré. Et que par respect pour la mémoire de Petar, il est hors de question que tu te laisse crever comme un rat mort.

Lorsque la surface du verre commence à se craqueler, je prends sa main et la sert dans la mienne.

-Hé... T'en prends pas à un verre sans défense... Prends t'en à quelqu'un de ta taille.

Je souris. Je devais désamorcer les tensions et l'ironie était un bon moyen.

-Sers mes mains autant que tu veux, mon père est un bon chirurgien. Et au pire, il connaît de bons chirurgiens orthopédistes et plastiques. Alors tu peux y aller. Et puis, c'est moi qui te met en colère, pas ce verre.

Je reprends mon sérieux et me racle la gorge.

-Tu me connais... Je ne pense pas à l'âme soeur unique. Je pense qu'on a tous plusieurs âmes soeur. Et que l'amour qui uni deux âmes soeurs n'est pas forcément romantique. Mais il peut être aussi amical. Je suis persuadée que Petar était l'une de tes âme soeur. Mais que j'en suis aussi une. Et je ne te laisserai pas m'abandonner, Wes. Je ne te laisserai pas gacher la deuxième chance que tu as.

Je lâche sa main et le regarde.

-Maintenant, je vais te raconter... Ce soir là, j'étais avec mes papas, devant sense8, à regarder une scène d'orgie - hyper gênant de regarder ça avec ses parents, soit dit en passant. C'est Andrej qui m'a appelé. Il était de garde ce soir là, il a vu ton nom et celui de Petar sur le tableau des urgences.

Mes mains tremblent à ce souvenir. La crise d'angoisse revient mais j'arrive à la contrôler.

-Papa Aleksei m'a conduite à l'hôpital. Et je vous ai tenu la main à tous les deux, à tour de rôle. J'ai dit à Petar combien tu l'aimais avant qu'il...

Les larmes coulent tellement que je dois lutter pour parler distinctement.

-Je l'ai supplié de ne pas partir, parce que ça allait te détruire, Wes. Mais je lui ai juré que je serais là et que je te laisserai pas gâcher ta vie si tu survivais. Et je tiens toujours mes promesses, Wes, tu le sais. Même si on doit finir par se battre, même si on doit finir par se haïr mutuellement, je tiendrais cette promesse coûte que coûte.

J'essuie mes larmes. Mon eye-liner me piquait les yeux et zébrait mes joues. Mais maintenant, je m'en fichais.

-Et à toi... Je t'ai promis que si tu... Rejoignais Petar, je ne me laisserai pas couler. Que je survivrai un temps mais qu'ensuite je reprendai ma vie. Et que je vivrai pour 3. Je t'ai juré de ne pas fermer mon coeur et qu'un jour, j'aurai un ou une nouveau meilleur ami. Putain, j'ai même prié pour toi, Wes ! J'ai dormi avec toi. J'ai refusé que quiconque d'autre que moi fasse ta toilette jusqu'à ton réveil. Je ne me suis pas lavé, je n'ai pas quitté une seule fois ta chambre. Je me suis excusé des centaines de fois de ne pas avoir prié pour Petar. Parce que j'ai l'impression que c'est moi qui ai mal fait les choses, Wes ! Que j'ai pas assez bien veillé sur lui.

Ces mots, je ne les avais jamais dit. Ma respiration se fait saccadée, mes poumons de s'emplissent plus d'air et je tremble de tout mon être. C'était douloureux. Et angoissant.

-J'ai vu mon meilleur ami faillir mourir, aux côtés de son cher et tendre. Et je le vois gâcher les moments ensemble supplémentaires qui nous sont accordés à cause de sa tristesse. Mais tu crois que je ne le suis pas ?! Si je suis allée à ses funérailles, si j'ai trouvé la force... C'est uniquement parce que je savais que toi, tu ne pourrais pas t'y rendre. Et aussi, parce que c'est  moi que ses parents ont fait appel pour les bouquet funéraires. Je sais que c'est rien à côté de ta peine. Et crois, moi, j'ai l'impression d'être une grosse salope d'égoïste de merde... Mais putain je suis triste ! J'ai l'impression d'avoir un trou béant dans la poitrine. Une ami, un super bon ami à moi, est mort. Et ton silence radio n'a rien fait pour arranger les choses. A chaque fois qu'Andrej m'appelait du boulot, ou même papa Aleksei... Je... Je revoyais le film se dérouler. Pourtant, j'ai respecté tes distances, malgré l'angoisse et la tristesse. Parce qu'on ne fait pas tous notre deuil de la même manière. Mais sache que même si tu ne le vois pas, même si tu le sais pas... J'ai toujours été là pour toi. Et ça ne changera pas.

La crise d'angoisse s'était calmée et la détermination avait pris sa place. Je m'empare de la bouteille et boit au goulot de grosses gorgées.

-Alors, maintenant, on va boire comme des trous en la mémoire de Petar, se raconter des anecdotes marrantes et gênantes à son sujet et on va le laisser partir en paix. Et demain, on aura un mal de crâne dégueulasse et on pensera à lui avec un sourire bizarre, rempli de mélancolie mais aussi d'amusement.

Je lève la bouteille en le regardant.

-A Petar ?
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 04/10/2018 J'ai posté un total de : 65 kunas en banque. On me dit que : Landon Liboiron Je crédite : LemonTart donc j'ai : 27 ans à : Gentlemen's Club La classe hein ! Côté cœur je suis : brisé et célibataire avec : moi-même pour le moment


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Don't want lie anymore [wesia]   Ven 12 Oct - 10:56

Elle me pensait fort, elle me disait que je n'étais pas faible malgré les larmes qui inondaient à présent mes joues. Alesia énonçait alors tous les soucis que j'ai eu au cours de ma vie. Et en effet j'en avais fait du chemin pour arriver à là où j'en étais. Et étrangement je ne souhaitais pas du tout revenir sur ça, revenir à ma vie d'avant où je devais cacher ma sexualité, tenter de rentrer dans le moule pour ne pas décevoir les miens. Cela ne m'aurait jamais plut et je crois que j'aurai été dans un pire état que je ne le suis à présent. Au moins ici j'avais Alesia.

Puis je la laissais reprendre, m'expliquer que Petar ne vivrait plus rien avec moi ou même qui que se soit ce qui me brisait le coeur encore plus vu que c'était sa vitalité et son dynamisme qui avait contribué à me faire tomber sous son charme. Ma meilleure amie me rajoutait que j'avais en effet de la chance d'avoir survécu, même si cela me faisait du mal que j'avais eu cette chance et pas Petar. Mais je prenais ses mots pour tenter de me réconforter avec. Peut-être qu'un jour j'arriverais à passer à autre chose, mais pour le moment je ne m'en sentais tout simplement pas capable. Entre temps j'avais reposé le verre et posé mes mains sur mes cuisses pour me calmer.

Mais ce qui me surprit le plus c'est qu'elle enchaîné alors sur un nouveau récit. C'était ce qui c'était passé le jour de notre accident, de son côté. Je l'écoutais attentivement et mon coeur se serrait au fur et à mesure des mots qui s'échappèrent de sa bouche. Je n'en savais rien... Alesia était resté auprès de moi, mais aussi auprès de Petar avant qu'il quitte ce monde. Alors que j'avais réussi à me calmer un peu je sentais les larmes revenir à cause de son récit mélangé à mes souvenirs. Mais en plus de cela je sentais une nouvelle culpabilité naître en moi.
Alors que je me lamentais, j'en avais oublié que je n'étais pas le seul à avoir été atteint par cet accident. Alesia en a souffert mais elle ne m'en avait jamais rien dit. Je la pris alors de nouveau dans mes bras.
Je me détestais tant.


Elle se calmait après avoir tout relâché. Je n'avais simplement pas les mots pour lui répondre mais avec un simple mouvement de la tête je lui montrais que j'avais bien tout enregistré dans mon petit cerveau.
Elle avait raison il fallait, il fallait qu'on célèbre sa mémoire comme il l'aurait souhaité. Dans la joie et l'alcool, les deux choses qui le caractérisaient bien.
Je la laisse boire et après je prends la bouteille.

A Petar. Qu'il veille sur nous parmi les angelots culs nus dans les nuages.

Je ris un peu et bois également de longues lampées d'alcool.

Sinon... Pour ne pas être triste toute la soirée, quoi de neuf dans la vie de la belle rousse que tu aies.

Changer de sujet était un bon moyen de passer la soirée, même si je savais que ce sujet allait revenir un de ces jours. Mais pour l'instant ce n'était ni le lieu, ni le moment.


A part of me died with you this night.
I didn't know how I did to survive without you by my side. Breathing is hard
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Don't want lie anymore [wesia]   

Revenir en haut Aller en bas
         

 Don't want lie anymore [wesia]

 Sujets similaires
-
» Let it go, can't hold it back anymore [Eug']
» no bravery in your eyes anymore, only sadness - solis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit