RSS
RSS



 
Bienvenue aux nouveaux membres sur Rainbow Community !
L’événement spécial Halloween est lancé ici
Le concours d'écriture vous ouvre ses portes juste ici !
Pour finir, la partie débat est ouverte ici !

Partagez | 
         

 Pause clope [Wes & Jouni]


Je suis arrivé à Zagreb le : 04/10/2018 J'ai posté un total de : 65 kunas en banque. On me dit que : Landon Liboiron Je crédite : LemonTart donc j'ai : 27 ans à : Gentlemen's Club La classe hein ! Côté cœur je suis : brisé et célibataire avec : moi-même pour le moment


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Pause clope [Wes & Jouni]   Dim 7 Oct - 22:37

Les lumières baignaient mon corps qui se tordait doucement et sensuellement contre la barre de métal disposée sur la deuxième scène. Je bougeais au rythme de la musique, offrant un visage impassible et même quelque peu joueur pour attiser la sympathie des clients. Pour le coup les hommes et les femmes me regardaient sans aucune gêne. Au début c'est très déroutant et cela gêne au plus haut point, mais à présent j'y vais avec un naturel plus évident, cependant je n'y allais pas non plus la joie au coeur. Je n'étais ni réellement satisfait, ni réellement triste de cette situation. Je la vivais à l'instant T et j'amassais l'argent sans broncher.

Une fois que la musique se dissipait lentement, je prends les billets et va les ranger dans mon prote-feuille avant d'en piquer une partie. Je sortis alors chercher un paquet de cigarette dans l'épicerie non loin de là, j'avais un simple manteau au dessus de ma tenue de travail sur scène. Par chance celle-ci était encore ouverte mais lorsque je sortis, le vendeur fermait le store indiquant qu'il ouvrirait de nouveau le lendemain au matin.

Cependant lorsque je reste devant la porte de l'entrée des employés, je remarque que je ne suis pas seul. Je hausse les épaules et sort une cigarette. Malheureusement je me rends compte que mon briquet et vide et que le magasin où je pouvais en acheter et à présent fermé. Je n'avais pas l'air malin comme ça... Je m'approche alors du videur et le reconnait, c'est Jouni, un videur qui vient aussi travailler pour le Gentleman's Club, sur le moment je ne l'avais pas reconnu. Une fois à sa hauteur, je lui offre un de mes sourires de façade, coinçant ma cigarette entre mes lèvres.

Bonsoir Jouni, puis-je t'emprunter ton briquet? Le mien vient de rendre l'âme.


A part of me died with you this night.
I didn't know how I did to survive without you by my side. Breathing is hard
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 11/06/2018 J'ai posté un total de : 65 kunas en banque. On me dit que : Max Riemelt Je crédite : Alexis (avatar) donc j'ai : 31 à : Zagreb La classe hein ! Côté cœur je suis : amoureux avec : Hyacinthe


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Pause clope [Wes & Jouni]   Mer 10 Oct - 11:31

Depuis que j'ai été viré de la boîte où je bossais, c'est la merde pour payer le loyer. J'ai beau ne plus avoir mis les pieds chez moi depuis un moment, ça empêche pas la facture de tomber ! Il a bien fallu trouver autre chose, alors je bosse au Gentleman's Club depuis quelques jours. Le problème ? Ça paye VRAIMENT moins bien que là où j'étais... Peu importe, quand il faut, il faut. Je salue Louis et Absynthe avant de partir, et je me mets en route. J'ai pas envie. Vraiment, j'en ai marre de faire le gorille aux portes de l'enfer. Je vois à longueur de soirée des humains traités comme des objets, et j'ai horreur de ça. Ils en arrivent même à s'y habituer, à penser que c'est de l'argent facile. C'est insupportable. Ils ne réalisent pas ce qu'ils y laissent. Pudeur, amour propre, dignité. Même leur corps qui ne leur appartient plus, à force d'être sexualisé par les autres. Ils en viennent à agir selon ce que les autres projettent sur eux. Ça ne devrait jamais être comme ça. Ça devrait être l'exact inverse. TU agis selon tes désirs et tes aspirations, et les autres s'accordent. Mais avec des "si" on referait les monde. Je suis un idéaliste. Je n'ai pas ma place ici.

J'arrive devant le club et je m'allume ma cigarette, comme d'habitude. Je m'écarte pour laisser passer un groupe de filles. Je fais mine de ne rien voir lorsqu'elles coupent leur conversation pour me lancer des regards intéressés. "Salut, Jouni !", risque l'une d'elle. Je lui réponds d'un signe de tête. Elles disparaissent à l'intérieur. Au bout de quelques minutes je me rends compte que je frissonne et je ferme le zip de mon cuir, enfonçant ma tête entre mes épaules. Je marche de long en large pour me réchauffer. Je check l'heure sur mon portable. 23:47. Fuck, ça passe trop lentement. Je soupire.

Une dizaine de minutes plus tard, un des danseurs sort en trombe de la boîte. J'ai pas le temps de l'interpeller pour savoir si ça va. Je jette un œil à l'intérieur et croise le regard d'un collègue. "Hé ! Il y a une problème avec le gars qui vient de sortir ?" Je lui demande. "Nan, il est juste allé se chercher des cigarettes." Je hoche la tête et reprends ma place. En parlant de cigarette... Je m'en allume une autre. C'est tout de même un avantage non négligeable de ce travail malgré tout... Pouvoir fumer quand je veux.

"Bonsoir Jouni, puis-je t'emprunter ton briquet ? Le mien vient de rendre l'âme." C'est le danseur qui est revenu. Je l'avais pas entendu. Je lui tends mon zipo. J'ai pas le temps de lui demander comment se passe sa soirée, qu'un groupe de jeunes bourrés s'approchent de l'entrée. Je leur barre la route. "Carte d'identité, les jeunes !" Ils commencent à râler. "Soit vous êtes majeurs et vous le prouvez, soit vous allez vous coucher, c'est pas compliqué." L'un d'eux commence à rouler les mécaniques, approchant son visage BEAUCOUP trop près du mien. "Je t'avertirais pas deux fois: arrête de faire le chaud, tu vas finir avec le gueule en sang." Je lui dis très calmement. Il me bouscule. Enfin... il essaie. Aussi sec, je lui colle une droite qui l'allonge. Ses copains reculent vivement. "Hep hep hep ! Ramassez votre pote avant de partir !" Je joins le geste à la parole en attrapant le gamin que je jette dans leurs bras. Il s'éloignent en titubant.

Je me tourne vers le danseur qui me regarde, sa clope au bec, mon zipo toujours dans sa main. "Ça roule ? Wesley, c'est ça ?"


J. Rasmussen
va niquer des races. Cordialement.
©️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 04/10/2018 J'ai posté un total de : 65 kunas en banque. On me dit que : Landon Liboiron Je crédite : LemonTart donc j'ai : 27 ans à : Gentlemen's Club La classe hein ! Côté cœur je suis : brisé et célibataire avec : moi-même pour le moment


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Pause clope [Wes & Jouni]   Ven 12 Oct - 23:18

Bon, en tout cas, Jouni semblait m'avoir reconnu. Je ne le connaissais que depuis un peu de temps, pas comme la plupart de mes collègues. Mais il était un bon employé C'est alors qu'il m'avait répondu, pendant un court instant, car il allait de suite s'occuper d'un groupe de perturbateurs. Le genre de types qu'on jette rapidement dehors s'ils arrivaient à entrer à l'intérieur. Je l'observais alors se débarrasser de ces gêneurs avec une facilité déconcertante qui m'arrachait un sourire. Heureusement qu'il l'avait fait, car on aurait sûrement eu des problèmes à l'intérieur et cela aurait coûté de l'argent au Gentlemen's Club.

Lorsque le vigile retourne son attention vers moi, je lui décochais un petit sourire tout en lui rendant son briquet mais également en répondant à son interrogation.

Oui exact, Wesley Harper pour te servir.

La nuit n'était pas trop froide et le fait que je n'avais qu'un manteau qui me tombait derrière les genoux ne me dérangeait pas le moins du monde. Je tire une latte sur la cigarette que je venais d'allumer. J'avais envie de discuter ce soir.

Ca va ce soir ? Je veux dire au niveau de ton travail, à part ces types que tu viens de dégager, il n'y a pas eu trop de perturbateurs en cette paisible soirée ? En tout cas tu fais un bon travail je dois le reconnaître, il n'y a personne qui met le bazar à l'intérieur. Chose plutôt cool vu le job que je peux faire...

Il y avait eu des fois où je me faisais suivre ou harcelé après avoir effectué mes performances sur scène. Et j'avais dû faire appel à la sécurité du club ou même de la police parfois. Puis je me permettais de poser une autre question à Jouni, histoire d'en savoir un peu plus sur la nouvelle recrue des vigiles du Gentlemen's Club.

Et sinon... Tu bossais où avant de venir bosser au Gentlemen's Club ? Tu es venu ici de ton plein gré ou c'est tout le contraire, promis je ne te jugerais pas. C'est la dernière chose que je me permettrais de faire.

Surtout moi : le barman simple devenu en plus de son ancien job un strip-teaseur. Ce n'était pas un changement auquel je m'attendais, mais si ça permettait de payer tout ce que j'avais à payer j'aurai pu accepter n'importe quoi. Surtout avec mon état depuis quelques temps.

Je tirais quelques lattes sur ma barre de nicotine et d'autres substances plus toxiques pour ma santé. Mais cela m'importait peu.


A part of me died with you this night.
I didn't know how I did to survive without you by my side. Breathing is hard
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 11/06/2018 J'ai posté un total de : 65 kunas en banque. On me dit que : Max Riemelt Je crédite : Alexis (avatar) donc j'ai : 31 à : Zagreb La classe hein ! Côté cœur je suis : amoureux avec : Hyacinthe


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Pause clope [Wes & Jouni]   Ven 19 Oct - 18:51

Je remercie le compliment d'un hochement de tête avant d'écraser ma clope sous ma godasse. En vérité, démonter la gueule des gêneurs est bien mon seul plaisir dans ce travail. La plupart du temps on s'ennuie ferme. Sans parler du spectacle des pauvres créatures sur-sexualisées qui triment dans ces antres du stupre. Peut-être c'est les portes de l'enfer que je garde, Cerbère de cuir et de colère. J'ai un rictus amer et ironique rien que d'y penser. J'ai l'air d'une montagne, vu de loin. De près, l'onyx n'est plus que miettes de pain tendues aux pigeons. Perdu dans mes pensées, je fini par m'apercevoir que ledit Wesley est toujours là, à me regarder avec sa clope au bec. Il n'a pas l'air d'avoir envie de partir. Très bien... Je suis pas loquace mais il semblerait qu'il ne l'entende pas de cette oreille.

"Et sinon... Tu bossais où avant de venir bosser au Gentlemen's Club ? Tu es venu ici de ton plein gré ou c'est tout le contraire, promis je ne te jugerais pas. C'est la dernière chose que je me permettrais de faire."

Hésitant, je le fixe un instant. Ça le concerne pas vraiment... La vérité ? Ou mensonge ? Est-il d'une utilité cruciale de raconter à un parfait inconnu comment, avec Absynthe, nous nous sommes employés à déclencher une bagarre générale dans la boîte ? Avant de se mettre à danser à poil sur le podium sur du Marilyn Manson ? Comment ça a déclenché une descente des flics ? Que j'ai collé un marron à mon chef ? Puis qu'on a fini au poste ? Que Louis a dû casquer 2 226 678 kunas pour nous faire sortir ? Wouahou. Ça semble vraiment dingue, dit comme ça... J'opte pour la vérité, rien que pour voir s'il est mal à l'aise. J'aime bien mettre les gens mal à l'aise.

"Je bossais dans une autre boîte, pas loin. J'ai cassé la gueule de mon patron après avoir foutu le bordel dans le club. Il m'a viré et j'ai fini au poste. Je suis là parce qu'il faut bien payer les factures."

S'en suit un silence un peu gênant. Mais je trouve ça amusant. Mais au bout de quelques secondes, je ne trouve plus ça drôle. Je me lance.

"Et alors... Pourquoi le striptease ?"


J. Rasmussen
va niquer des races. Cordialement.
©️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Pause clope [Wes & Jouni]   

Revenir en haut Aller en bas
         

 Pause clope [Wes & Jouni]

 Sujets similaires
-
» marre de la clope
» Pause déj et tupperware
» Reprise régime après pause: Par ici!
» S. A . L d'été 2015 pause café
» Journée continue et temps de pause...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit