RP LIBRES
TOUS LES RPS LIBRES!

(MINI EVENT) fête de la musique
Gambit du Roi- Monsieur Rasmussen
RSS
RSS



 
Bienvenue aux nouveaux membres sur Rainbow Community !
Le concours #2 du jeu des avatars est lancé ici
Ainsi que l’événement de la fête de la musique ici !

Partagez | 
         

 Gambit du Roi- Monsieur Rasmussen


Je suis arrivé à Zagreb le : 18/03/2014 J'ai posté un total de : 111 kunas en banque. On me dit que : Madds Mikelssen Je crédite : abyss donc j'ai : 57 ans à : Zagreb La classe hein ! Côté cœur je suis : Celibataire Me, myself and i : //



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Gambit du Roi- Monsieur Rasmussen   Sam 28 Juil - 19:05



 
Gambit du Roiet la sourie c'est perdue dans le nid de la vipère


Le Docteur Sariel était assis à son bureau, le dos droits, l’allure altière. La patiente en face de lui était une femme insipide à la dépression désolante. Sa faiblesse la rendait aussi pitoyable qu’un vers. Elle était là, rampante et visqueuse dans son tailleur trop serré, remontant sans grâce ses seins débordant. Son discours n’intéressait pas le docteur, les problèmes de santé de ses caniches non plus, il l’écoutait sans l’écouté, perdu dans ses pensée, hochant de temps à autre la tête. Il aurait pu se débarrassé de cette cliente obscène, mais elle en valait même pas la peine. Son insignifiance n’avait d’égale que sa laideur, et les moment ou elle parlait des hommes a qui elle s’offrait, le Docteur peinait a gardé un visage neutre, un rictus de dégout au coin des lèvres.  Le téléphone sonna  et Asrandrel décida qu’il en était finis de cette consultation. Il laissa le téléphone sonné assez longtemps pour que Madame Gjozovitch débarrasse le planché avant de répondre. « Docteur Sariel, que puis-je pour vous ? » Il desserre le nœud de sa cravate et soupir. « Bonjour Monsieur Sariel, Jouni Rasmussen à l’appareil, nous nous sommes brièvement rencontré la semaine dernière à l’enterrement de Monsieur William. Je voudrais prendre un rendez-vous pour une thérapie. » Le docteur hausse un sourcil en entendant ce « Monsieur Sariel », et puis sourit. La sourie est rentrée toute seule dans le terrier du serpent.  Il enfouis sa main dans ses cheveux pour les lisser vers l’arrière avant de répondre. « Bien sur monsieur Rasmussen. » Il allait annulé son prochain rendez-vous. La hâte l’attrapant toujours quand il est raison d’Absynthe.  L’occasion est trop belle. « Un de mes patients c’est décommandé pour cette après-midi, si vous voulez je peux vous recevoir d’ici une heure. » Jouni était d’accord. Asrandrel était extatique. Il ne pu s’empêcher de rire doucement, effrayant dans les lumière tamisée de son bureau de bois.  Il se leva et traversa la pièce, derrière l’immense reproduction du jardin des délices, derrière la pièce centrale du tryptique, il y avait un renfoncement ou se trouvait un coffre fort haute sécurité. Le Docteur Sariel tapa le code et en ressorti un dossier marqué au nom d’Absynthe. Il s’assit sur le grand fauteuil de cuire noire et fait défiler les feuilles sous ses yeux, s’enfonçant profondément dans ses pensées. Quelqu’un frappe a la porte, il se lève et pose le dossier sur son bureau, le recouvrant avec un grand écritoire en bois et cuire.  Il ouvre la porte,  portant pour un immense sourire sur ses lèvres. Pour une fois, Asrandrel souriait pour de vrais.



(c) abyss


Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 11/06/2018 J'ai posté un total de : 24 kunas en banque. On me dit que : Max Riemelt Je crédite : Alexis (avatar) donc j'ai : 31 à : Zagreb La classe hein ! Côté cœur je suis : amoureux avec : Hyacinthe


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Gambit du Roi- Monsieur Rasmussen   Sam 28 Juil - 20:50

Je souris. Un peu jaune, mais quand même. Je marche aussi. Parce que j'ai rendez-vous avec le lézard. J'y vais d'un bon pas. J'ai hâte. Mais je réfrène mes pensées. Je voudrais pas me griller. J'ai un peu les foies aussi. Mais pas de lui. De moi. J'ai peur de péter une pile et de lui sauter à la gorge. J'ai peur de le tuer et je veux pas qu'il crève tout de suite. Je dois être sûr d'abord. Et je dois savoir surtout. Pourquoi ? Comment ? Aide-moi à te venger Hyacinthe. Aujourd'hui j'ai rendez-vous avec ton assassin.

Je sonne à la porte. A peine deux secondes après j'entends des pas précipités. Le panneau de bois pivote sur Sariel et il m'adresse un sourire de aimable. Mais ne te méprends pas, vieux salopard. Je ne t'aime pas. Il me tend une main affable. Et je la SERRE à lui broyer chaque os de chaque phalange, tout en lui rendant son sourire mielleux. Il soutient mon regard mais les coins de sa bouche frémissent. Je ne résiste pas à la tentation, et saisit son avant-bras avec ma main gauche. "Je suis ravi de vous revoir dans d'autres circonstances, monsieur Sariel." "Docteur Sariel, s'il vous plaît", dit-il en baissant enfin les paupières et en secouant ses doigts blanchis. Il m'adresse un regard courroucé dont je me délecte. Il me désigne un fauteuil vers lequel je me dirige. Je m'y laisse tomber bruyamment et m'y enfonce en poussant un soupir d'aise. Un regard en coin m'indique que le lézard n'apprécie pas mon attitude. Je détourne mon visage pour masquer mon sourire, et tombe nez à nez avec un serpent brun. Je me creuse la cervelle pour me souvenir le nom de cette bestiole, dont j'ai déjà vu une image quelque part. "N'est-ce pas un serpent mulga, DOCTEUR Sariel ?" Il hausse un sourcil surpris. "Vous êtes déjà allé en Australie, monsieur Rasmussen ?""Jamais. Vous êtes australien, Docteur Sariel ?""Ma famille est de Brisbane, j'y ai passé toute mon enfance. Bref, par où commençons-nous ? ... voulez-vous vous rapprocher du bureau, s'il vous plaît ?" Il m'y précède et s'y installe. Et tandis qu'il passe sur ses mains une lingette désinfectante, je me saisis de la chaise que je retourne pour m'y asseoir à califourchon. Sariel lève les yeux de sa lingette, avec l'air un peu décontenancé. J'ai la délicieuse impression d'être un chien dans l'antre d'un chat. Je pose mon menton sur mes coudes et lui adresse un franc sourire. "C'est des bonnes chaises, ça !" Il ne me répond pas. Un gloussement nerveux lui échappe, suivit d'un très lourd silence. "Souhaitez-vous boire quelque chose ? Un café, un thé, de l'eau, du scotch, du vin ? J'ai tout ce qu'il vous faut !" "Rien, merci." "Par où commençons-nous, alors ?" Il joint les mains, et coule dans mes yeux des ondes pénétrantes.

"Mes parents ne m'aiment pas."
Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 18/03/2014 J'ai posté un total de : 111 kunas en banque. On me dit que : Madds Mikelssen Je crédite : abyss donc j'ai : 57 ans à : Zagreb La classe hein ! Côté cœur je suis : Celibataire Me, myself and i : //



Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Gambit du Roi- Monsieur Rasmussen   Sam 28 Juil - 22:41



 
Gambit du Roiet la sourie c'est perdue dans le nid de la vipère


Jouni a attrapé sa main, le contact rugueux des doigts de travailleur, rugueuse du jeune homme écoeurait le docteur, et la grossièreté de son étreinte le courrouçait. Il était là, vulgaire et rustre. "Docteur Sariel, s'il vous plaît". Il se dirigea d’un pas vif vers son bureau, priant son « patient » de s’installer. Lequel se jeta dans un des magnifiques fauteuils de créateurs, importés de florence, ils étaient brodés à la main de reproduction de magnifiques tableaux de maîtres florentins. N'est-ce pas un serpent mulga, DOCTEUR Sariel ?". Asrandrel haussa un sourcil. Se cacherait-il un cerveau là dessous ? Pour l’instant il ne voyait que l’échange viril atypique des mâles. Lui était bien au dessus de tout ça, mais se prêtait au jeu parce qu’il en allait ainsi des relations sociales. Les autres sont toujours si mécaniques. « Ma famille est de Brisbane, j'y ai passé toute mon enfance. Bref, par où commençons-nous ? ... voulez-vous vous rapprocher du bureau, s'il vous plaît ? » Le Docteur s’empresse de rincer ses mains de cette souillures. Il s’assis a califourchon sur la chaise, les bras croisé devant lui, suintant la testostérone par tout les pores de sa peau. Un rire nerveux lui échappa, presque amusé, car il avait saisi le petit jeu du videur. Mais ça l’amusait, parce qu’il allait au bout des choses, ce brave petit. Il lui faisait penser un peu à lui quand il était jeune. Quand il était incisif et imparfait. ouhaitez-vous boire quelque chose ? Un café, un thé, de l'eau, du scotch, du vin ? J'ai tout ce qu'il vous faut !" "Rien, merci." "Par où commençons-nous, alors ?" Il croise ses doigts devant lui, plongeant ses yeux bleue aux reflets jaunes dans les yeux pâles de Jouni, c’est son regard reptile, prédateur masqué, serpent fardé en agneau. Il rentrera dans cet esprit là, il cassera petit à petit cette facade factice et ouvrira un à un les pétales des fleurs de son mal. Il ferait partie de son jeu. Absynthe ne doit pas avoir d’amis. Absynthe doit être seul. Absynthe ne doit être que à lui. "Mes parents ne m'aiment pas." Ce gamin ne l’aidait pas, vraiment, mais il avait de l’humour. Le Docteur hocha la tête, un sourire ouvert et presque tendre sur les lèvres. « Allons Monsieur… Soyons sérieux. » Il voyait clair dans son jeu, du moins il le croyait. Il se leva pour reposer son verre d’eau et se servir un vers de scotch. Sans glace. Cela promettait d’être long. « Vous êtes tendus, Monsieur Rasmussen, vous êtes surs que vous ne voullez pas boire quelques choses ? ».

Il s’assoit. « La manière dont vous vous êtes assis induit que vous vous sentez en danger, ou du moins dans l’attente d’une agression de ma part. C’est une posture qu’adoptait les chevaliers au moyen-age pour éviter d’être poignardé . »
Mais une chaise ne te protegera pas de la morsures du serpent.
« Avez vous peur de moi, monsieur rasmussen ? »



(c) abyss


Revenir en haut Aller en bas

Je suis arrivé à Zagreb le : 11/06/2018 J'ai posté un total de : 24 kunas en banque. On me dit que : Max Riemelt Je crédite : Alexis (avatar) donc j'ai : 31 à : Zagreb La classe hein ! Côté cœur je suis : amoureux avec : Hyacinthe


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Gambit du Roi- Monsieur Rasmussen   Sam 28 Juil - 23:19

Sariel se lève pour se servir un scotch. Je sens mes lèvres frémir. Il se rassoit, bien en face de moi.

« La manière dont vous vous êtes assis induit que vous vous sentez en danger, ou du moins dans l’attente d’une agression de ma part. C’est une posture qu’adoptait les chevaliers au moyen-age pour éviter d’être poignardé. Avez vous peur de moi, monsieur rasmussen ? »
Il me prend pour un con. J'espère pour lui que son intelligence est aussi développée qu'il semble le croire parce que c'est bien son seul atout. Je souris.

"Voyez-vous en moi un chevalier ?"

"Je ne vous vois pas encore, monsieur Rasmussen. Et vous, comment vous voyez-vous"

Comme ton meurtrier. Je ne souris plus.

"Je me vois comme un homme privé de sa raison de vivre."

Il me semble voir une ombre passer dans ses yeux, mais peut-être n'est-ce qu'une hallucination...

"Votre raison de vivre ? Une femme ? Un enfant ?"

"Une femme. Assassinée."

L'instant ne m'amuse pas, mais je dois par tous les moyens obtenir une réaction, un faux-pas. Je dois essayer d'être honnête.

"Il est parfois dur de faire son deuil, la solitude que l’on ressent face à la mort d’un être aimé peut paraître insupportable; elle saisit celui qui reste d’un mélange d’émotions et de sensations ingérables et négatives. Quelles sont les circonstances de sa mort, Monsieur Rasmussen ? Êtes-vous prêt a en parler ?"

J'ai l'impression de parler à un rocher et je commence à me demander qu'est-ce qui pourrait bien le faire réagir. "Connaissez-vous quelque chose au deuil, Docteur Sariel ?"

"Je ne parle pas de ma vie privée avec mes patients, monsieur Rasmussen. Mais croyez-moi, j'ai vu tous les voiles de la mort."

"De la même manière que votre serpent mulga avec des souris blanches, peut-être ?"

"Je n'aime pas les souris, je préfère un bon magret de canard fourré au foie gras."

"Moi j'aime bien le steak. Je mangerais bien un steak." Qu'est-ce que je pouvais bien répondre ? Un hors-sujet pour répondre à un hors-sujet, voilà. En tout cas, il lève un sourcil intéressé et se lèche les lèvres. Je suis surpris, il me semblait que c'était un plat de prolo...

"Bleu, Saignant ou à point ?"

Je comprends pas cette question. Qu'est-ce que ça peut lui foutre ?

"Je l'aime saignant."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Gambit du Roi- Monsieur Rasmussen   

Revenir en haut Aller en bas
         

 Gambit du Roi- Monsieur Rasmussen

 Sujets similaires
-
» Monsieur et Madame .....
» Rapport adresser monsieur le directeur general
» a monsieur le directeur des ressources humaines prime (pp)
» tva en direct`avec monsieur paradis
» DECES DE MONSIEUR khélifa BACHTOULA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit